Le Boistissandeau constitue un superbe ensemble de bâtiments des XVIe et XVIIe siècles, entièrement restauré et réputé pour ses jardins à la française. Il fut aussi le théâtre d'un épisode de la Terreur en Vendée.

Le Boistissandeau 1Le château du Boistissandeau
   

Autrefois propriété des Frères de Saint-Gabriel, qui y avaient établi une maison de retraite, le domaine du Boistissandeau a été acquis en juin 2003 par le Conseil Général de Vendée. L'édifice a fait l'objet d'une restauration complète extrêmement soignée, dont les collectivités voisines auraient bon goût de s'inspirer. Il abrite aujourd'hui un centre d'hébergement pour les handicapés.

Le Boistissandeau se situe au sud d'Ardelay (commune des Herbiers), sur la route de Mouchamps. Le château dévoile sa façade, côté cour, au bout d'une longue avenue ombragée bordée de hêtres et de marronniers. Sa construction remonte à la fin du XVIe siècle. On remarque de cette époque l'élégant pavillon d'entrée, chargé d'une belle poivrière.

Le Boistissandeau 2Le « montoir » dans la cour du château

Plaques du BoistissandeauLes plaques en souvenir du massacre de Madame de Hillerin et de ses deux filles
      

Au fond de la cour, sur la gauche, se trouve un petit escalier de quelques marches, un montoir, dont on se servait pour monter à cheval. C'est à cet endroit que fut massacrée au sabre par deux hussards, le vendredi 31 janvier 1794, Madame Marie-Agathe de Hillerin, la propriétaire des lieux, alors âgée de 80 ans. Cet épisode est illustré dans la chapelle attenante au château, par un vitrail moderne réalisé en 1957. Ses deux filles, Henriette et Agathe connurent elles aussi un sort funeste ce même jour.

Une plaque a été fixée dans le mur, au-dessus du montoir, en 1924, en souvenir de ce drame sanglant.

Madame de HillerinVitrail du massacre de Madame de Hillerin dans la chapelle du Boistissandeau