La Mission Bocage a publié à la fin de l'année 2009 un bel inventaire illustré du patrimoine fruitier de l'Anjou. Au fil des pages, quelques variétés ont de quoi interpeler l'amateur d'histoire.

Des_pommes_des_poiresLa notoriété de l'Anjou pour ses pépinières remonte à la seconde moitié du XVIIIe siècle. Le développement de cette activité tout au long du XIXe siècle a vu la création de nombreuses variétés nouvelles dont certaines, dépassant leur vocation vivrière, connurent un vif succès commercial. Ce livre dresse la listes de ces pommes et de ces poires aux noms souvent poétiques : la Belle Angevine, le Beurre de Saint-Nicolas, le Bon Roi René, etc.
 
 
On y trouve aussi trois espèces de poires aux noms inspirés :

La Duchesse d'Angoulême, fut créée dans les années 1810 par M. Audusson, horticulteur de Querré, qui en offrit une corbeille à la fille de Louis XVI. Flattée de donner son nom à cette poire fine et juteuse, la Duchesse d'Angoulême en fit la promotion autour d'elle.
– Vers 1820 apparut une variété dans le domaine du Coteau, à Saint-Florent-le-Vieil. M. Macé, à l'origine de cette découverte, l'appela la Général de Bonchamps, en hommage à celui qui marqua tant l'histoire de la commune.
– La troisième reçut le nom de Duchesse de Bordeaux. Elle fut obtenue par hasard vers 1850 par M. Secher, à Montjean-sur-Loire. Henri V, duc de Bordeaux et chef de file des royalistes légitimistes, ne fut probablement pas étranger à cette appelation.
Poire_G_n_ral_de_Bonchamps

(Ci-dessus, la Général de Bonchamps)

Des pommes, des poires & … Illustration du patrimoine fruitier de l'Anjou

par Ambroise Bécot, aquarelles de Dominique Mansion
84 pages, 15 €