L'article du 2 mai dernier illustrait un épisode douloureux de l'histoire vendéenne, la mort de Lescure. La croix qui commémore cet événement se dresse toujours non loin du château de la Tremblaye.

La_croix_de_LescureBrisée par une tempête au cours de l'hiver 1941, cette vieille croix de mission fut restaurée par le Souvenir vendéen qui organisa, le dimanche 19 octobre de cette même année, une cérémonie commémorative autour de la bataille de Saint-Christophe-la Tremblaye (16 octobre 1793). Ce monument discret marquait autrefois le carrefour de l'avenue du château et de l'ancien chemin de Cholet à Mortagne. C'est près d'elle que le général Lescure fut mortellement blessé au cours de la bataille.

La croix fut bénie par le chanoine Douillard, curé de Notre-Dame de Cholet, en présence du docteur Coubard et des membres de l'association. Elie Chamard, historien local, évoqua ensuite ce combat qui annonçait déjà la funeste bataille de Cholet (17 octobre 1793) :

La_Plaque_du_Souvenir_vendeen« Le combat de la Tremblaye ne dura guère plus de trois heures, les deux adversaires essayèrent de manœuvrer sans succès tactique. Si les Vendéens ne s'étaient pas retirés le soir sur Cholet ou s'ils avaient tenté la nuit une sortie audacieuse contre leurs adversaires harrassés et couchés à même les prairies de la Moine dans le plus imprudent désordre, ils auraient pu changer leurs revers en succès. Le combat fut meurtrier. Kléber, dans ses mémoires, accuse 500 tués chez les républicains et 1500 chez les Vendéens. Ce dernier chiffre est manifestement exagéré. En tout cas, le combat mis hors de cause des chefs de valeur. Du côté républicain, les généraux Bard et Tyran ; chez les Vendéens, Lescure qui, transporté en berline, expira le 4 novembre 1793 près de la Pellerine, après un long et douloureux calvaire outre Loire avec la Grande Armée. »

La_CroixElie Chamard poursuivit par un hommage à Lescure : « Quel endroit plus propice pouvait-on choisir que cette croix de granit, véritable relique historique, au pied de laquelle reposa Lescure tout sanglant ? Lescure que la reconnaissance publique avait proclamé le Saint du Poitou demeure l'une des plus belles figures de la Vendée Militaire. Il fut un général habile, humain et d'un courage absolu. "J'ai péché, mais j'ai toujours servi Dieu. J'ai combattu et je meurs pour lui. J'espère en sa miséricorde. Je vais au Ciel avec confiance." Ce furent ses dernières paroles. Il avait 27 ans. »

Source : Ouest-Eclair, 20 et 22 octobre 1941.