L'Historial de la Vendée accueille vendredi soir prochain, 27 mai, une conférence pour faire le point sur les fouilles de la place des Jacobins, au Mans, qui ont mis au jour les restes de victimes des carnages des 12 et 13 décembre 1793.

Les_Charniers_du_MansNeuf charniers ont été fouillés depuis leur découverte au début de l'année 2009, lors de travaux d'aménagement de la place des Jacobins, au centre du vieux Mans. Les 159 corps qui en ont été extraits portent pour la plupart des stigmates osseux de violents combats à l'arme blanche, fractures, entailles nettes, et impacts d'armes à feu. Leur disposition désordonnée dans certaines fosses laisse penser que les victimes ont été jetées là précipitamment, sans sépulture. Les archéologues ont identifiés des corps d'hommes, de femmes, mais également de jeunes.

Campagne_d_Outre_Loire_1793L'armée vendéenne en déroute sur la rive droite de la Loire avait en effet entraîné à sa suite une masse de civils fuyant les exactions des armées républicaines. Epuisés par près de deux mois de marche et de combats, les Blancs parviennent à s'emparer du Mans le 10 décembre 1793 pour y reprendre des forces. Mais les Bleus qui n'ont cessé de les harceler « en masses » les talonnent aux abords de la ville. De part et d'autre, 20 à 30.000 combattants se font face dans chaque camp. Les Vendéens sont théoriquement plus nombreux, mais beaucoup souffrent de dysenterie et de fièvres.

Ces derniers sont repoussés dans la ville où leurs assaillants commettent un épouvantable massacre à travers les rues et les places encombrées de fuyards. La panique a saisi une foule immense, hommes, femmes, enfants et vieillards, terrorisés par l'horreur du carnage, cherchant désespérément une retraite au milieu des ruelles plongées dans l'obscurité. Le désastre du Mans dura deux jours, les 12 et 13 décembre, et coûta la vie à plusieurs milliers de Vendéens, que les Manceaux inhumèrent les jours suivants dans des charniers creusés à la hâte.

Membre de l'équipe d'archéologues de l'I.N.R.A.P. qui a recueilli et analysé ces ossements en laboratoire, Elodie Cabot viendra rendre compte de l'avancée des recherches lors de cette conférence, vendredi 27 mai, à 20 heures, à l'Historial de la Vendée.

L'accueil est gratuit, sur simple inscription au 02 51 47 61 61 ou par courriel : historial@vendee.fr
L'Historial de la Vendée se situe aux Lucs-sur-Boulogne, au nord de La Roche-sur-Yon (accès par la D753 en direction de Nantes).

Autre site à visiter : Le Mans Virée de Galerne