Le magazine bimensuel Voyage et Histoire consacre son quatrième numéro aux Guerres de Vendée. Son approche originale, faite d'itinéraires de visites et de reportages, rend très attrayante la découverte de cette période historique et du pays qui en entretient toujours le souvenir.

Voyage Histoire Guerre de VendeeLe dossier central de 22 pages, intitulé Dieu et le Roi, au cœur de la Vendée Militaire (1793-1796), se présente sous la forme d'un voyage d'Angers aux Lucs-sur-Boulogne. Le trajet jalonné de lieux de mémoire invite à chaque étape à découvrir une anecdote, un personnage, une bataille, avec, en encadrés, des éléments clairs et précis pour comprendre les différentes périodes des Guerres de Vendée. Soulignons l'abondante iconographie qui offre un panorama très varié de notre patrimoine historique.

Le lecteur est ainsi convié à fouler les chemins vendéens, en logeant la Loire jusqu'à Saint-Florent-le-Vieil, la ville reliquaire de la mémoire vendéenne. Son itinéraire oblique alors vers le cœur du pays insurgé, Beaupréau, Le Pin-en-Mauges, Chanzeaux, Chemillé, puis marque un arrêt à Cholet pour explorer son incontournable Musée des Guerres de Vendée. La route reprend ensuite vers la forêt de Vezins, rejoint les terres de Monsieur Henri et son château de la Durbellière, grimpe sur le Mont des Alouettes, avant de faire à nouveau halte à La Gaubretière, le Panthéon de la Vendée Militaire, et dans la forêt de Grasla. Le voyage prend fin au pays de Charette, entre la Chabotterie et le Mémorial des Lucs-sur-Boulogne. On pourrait le prolonger en filant jusqu'à Noirmoutier ou en remontant vers le pays du Loroux qui borde la Loire, mais là, libre à chacun de poursuivre plus avant dans la découverte de la Vendée Militaire et de son histoire…

Voyage et Histoire, le magazine du tourisme d'histoire
n°4, octobre-novembre 2011, 5,95 euros.
en vente en kiosque et sur le site www.voyageethistoire.com
Aperçu à feuilleter en ligne

(Note : Certains lecteurs objecteront quelques remarques, comme la confusion entre les deux Sapinaud, mais cette erreur se retrouve même dans les livres d'histoire…)