L’A.R.B.R. et l’A.M.R.A. poursuivent leur campagne de lobbying en faveur de la création d’un musée Robespierre à Arras. La contre-offensive destinée à s’opposer à cette entreprise de désinformation n’est d’ailleurs pas passée inaperçue dans leur dernière lettre.

La Revolution francaise caricature anglaiseLes deux associations robespierristes, l’A.R.B.R. (Association des amis de Robespierre pour le Bicentenaire de la Révolution) et l’A.M.R.A. (Association pour un Musée Robespierre à Arras) se démènent depuis un an pour trouver toujours plus de pétitionnaires grâce à des envois constants de mailings. Elles affirment aujourd’hui avoir récolté plus de 1700 signatures d’internautes, auxquelles s’ajoutent plus de 400 autres sur papier. Dans la liste de ses commandements, l’A.M.R.A. enjoint à ses pétitionnaires de rallier au moins une personne et de militer pour ce projet dans les milieux qu'ils fréquentent. Cette association affiche d’autre part son intérêt pour les élus locaux, nationaux et européens en vue d’obtenir leur soutien.

Elle se préoccupe également de notre contre-pétition, lancée quant à elle il y a un peu plus d’un mois, et qui vient de dépasser les 700 signatures sur internet. Dans le dernier courriel de l’A.R.B.R. et l’A.M.R.A., on lit en effet : « Pour information sachez que la pétition contre le musée Robespierre à Arras initiée par une mouvance Royaliste il y à un mois recueille 600 signatures. Vous l'aurez compris il est inutile de faire de commenter cet état de fait. » On constatera que les thuriféraires de Robespierre malmènent l’orthographe et la syntaxe autant qu’ils maltraitent l’Histoire…

Et de conclure ainsi leur message : « Sachez seulement que notre détermination à recueillir les 5000 signatures pour la création d'un musée Robespierre (but que nous nous sommes fixé) reste intacte, et ce meme si nous devons y passeer des années. » Quand vous aurez corrigé les fautes de cette dernière phrase, vous saurez vous aussi ce qu’il reste à faire pour s’opposer, par le nombre, à cette entreprise…