Située près de Montaigu, La Guyonnière entretient le souvenir de l'amiral du Chaffault qui la posséda au XVIIIe siècle. Elle a également dédié toutes les rues d'un lotissement aux généraux vendéens.

Amiral du ChaffaultLouis Charles de Besné, comte du Chaffault (1708-1794), est issu d'une famille dont les ancêtres s'illustrèrent comme lui dans la marine royale (voir sa généalogie). Sa carrière sur les mers couvre le siècle, de 1725 à 1790. Il participe alors à toutes les guerres de l'époque, menant la vie dure aux Anglais, notamment à la bataille d'Ouessant en 1778.

A la Révolution, il se retire dans son château de Meslay, à La Guyonnière, pour se consacrer à l'agriculture et à ses œuvres de bienfaisance. Hostile aux persécutions lancées contre les prêtres réfractaires, il soutient malgré son grand âge l'insurrection vendéenne qui embrase ses terres en 1793. Arrêté dans son château, l'amiral du Chaffault est conduit à Nantes, puis jeté en prison où il meurt le 24 juin 1794, à l'âge de 86 ans. La rue principale de La Guyonnière porte légitimement son nom.

Rues vendeennes de La GuyonniereLes généraux vendéens sont d'autre part fort bien représentés dans un lotissement neuf qui jouxte cette rue de l'Amiral du Chaffault, et que dessert une rue de la Vendée : Bonchamps, Cathelineau, Charette, d'Elbée, Lescure, La Rochejaquelein et Stofflet sont ici réunis, ce qui n'est pas si courant, puisque seuls Cholet et Yzernay font mieux.

Ces plaques sont ajoutées à l'Album photos des rues vendéennes.

Iluustrations : Portrait de Louis Charles du Chaffault de Besné, par Jean-Pierre Franque (1839), Musée du château de Versailles ; plaques des rues vendéennes de La Guyonnière (le blason de la commune s'inspire des armes de la famille du Chaffault : de sinople au lion d'or, couronné, lampassé et armé de gueules).