L’émission Question d’éthique programmée jeudi dernier sur France Culture a été purement et simplement annulée. Une grande première ! Les responsables de cette radio publique n’ont même pas osé prétexter un problème technique, tant la raison était évidente : l’invité du jour commence sérieusement à irriter l’establishment.

Anastasie la censureL’émission a pourtant bien été enregistrée le 16 février. Son animatrice, Monique Canto-Sperber, y recevait Reynald Secher à propos de son livre Vendée, du génocide au mémoricide. Et c’est bien là le problème. Le succès rencontré par ses travaux d’historien est sans précédent. Pour preuve, l’émission de Franck Ferrand sur Europe 1, à laquelle Reynald Secher était invité le 31 octobre 2011, est à ce jour la plus podcastée, tandis que ses ventes en librairies se chiffrent par milliers d’exemplaires.

Faut-il y voir une relation de cause à effet… les détracteurs de Reynald Secher n’ont pas tardé à jouer de leur influence pour endiguer ces révélations qui risqueraient de plaider en faveur de la reconnaissance du génocide vendéen. La proposition de loi déposée dans les prochains jours par M. Dominique Souchet sur cette question rend, du reste, cette actualité un peu trop brûlante au goût de certains. La déprogrammation aussi subite qu’inexpliquée de l’émission de France Culture en soulage donc plus d’un.

France_CensureLe prochain épisode aura lieu le mercredi 7 mars 2012, dans l’émission de Franck Ferrand, cette fois sur France 3, L’Ombre d’un doute. Entièrement consacré à la répression menée contre la Vendée en 1793-1794, ce documentaire risque-t-il a son tour de glisser aux oubliettes ? La présence parmi les intervenants d’un cacique de la bien-pensance universitaire préservera-t-elle l’émission des coups de ciseaux d’Anastasie ?

Sinon, il sera toujours temps le lendemain, jeudi 8 mars, de retrouver Reynald Secher pour sa prochaine conférence donnée à Vannes, à 20h, à la Maison du Diocèse, au n°33 rue Mgr Thréiou.

Ou bien de se manifester auprès des intéressés, comme vous pouvez le faire sur la page contact de France Culture.