L'annonce a fait l'objet d'un billet sur ce blog, le 3 avril dernier : Le premier pensionnat Saint-Gabriel sera-t-il détruit ? La réponse est désormais patente. Les démolisseurs se sont mis à la tâche pour dépouiller cette bâtisse du XVIIIe siècle, avant de s'attaquer à ses vieux murs.

Image 5

Image 7L'édifice qui lui faisait face dans la cour d'honneur a déjà été réduit à un tas de gravats. Les beaux piliers de granit du portail d'entrée attendent leur tour, tandis que les ouvriers s'affairent dans les étages de la Maison Supiot afin d'en extirper toutes les menuiseries et autres équipements. On constate sur la photo ci-contre, côté est, que les allèges de deux fenêtres ont été cassées pour évacuer les déblais.

La démolition n'aura donc pas traîné, malgré une pétition lancée en faveur de la préservation de ce bâtiment témoin de l'histoire de Saint-Laurent-sur-Sèvre. Notons qu'en fait de « démolition », le jargon administratif préfère l'usage du terme « déconstruction », comme si l'opération était réversible. Ce qui ne sera – hélas ! – pas le cas.

Pour en savoir plus :
Le premier pensionnat Saint-Gabriel sera-t-il détruit ?

Image 6
Remarque : Le site officiel de la ville de Saint-Laurent-sur-Sèvre a pris de l'avance en supprimant purement et simplement la page dédiée à la Maison Supiot dans sa rubrique Patrimoine historique. Ou comment effacer plus de deux siècles d'histoire d'un clic…