Le dimanche 13 septembre 1942 étaient inaugurées dans l'église paroissiale des Lucs-sur-Boulogne les 11 verrières retraçant la vie de l'abbé Barbedette sous la Révolution. Cette magnifique galerie de vitraux vendéens est visible de part et d'autre de la nef.

Vitraux des Lucs sur Boulogne 1
Verrière 1 – M. Barbedette, curé du Grand-Luc (dit curé Grands Bots, à cause de ses grands sabots), rend visite à ses paroissiens.

Verrière 2 – Il refuse de prêter le serment schismatique, mais demeure dans sa paroisse, car aucun prêtre jureur ne s'y aventurera.

Verrière 3 – A La Mothe-Achard, l'abbé Barbedette distribue des Sacrés-Cœurs et des chapelets avant l'assaut sur Les Sables-d'Olonne. Place forte républicaine en Vendée, le port est attaqué le 24, puis le 29 mars 1793, en vain. Le curé du Grand-Luc est blessé dans la bataille. 

Verrière 4 – A son retour des Sables, sous des habits de paysans, l'abbé Barbedette se rend chez le père Vrignaud, son sacristain. Le croyant mort, celui-ci refuse d'abord de lui ouvrir, avant de reconnaître son curé qui lui raconte l'attaque des Sables.

Verrière 5 – M. Barbedette assiste ses paroissiens blessés par les Bleus.

Verrière 6 – Noël 1793, M. Barbedette célèbre la messe de minuit dans les bois.

Vitraux des Lucs sur Boulogne 2
Verrière 7 – Au lendemain du Grand Massacre du 28 février 1794, le curé du Grand-Luc se recueille devant les corps de ses paroissiens.

Les verrières 8-9-10 représentent des scènes où M. Barbedette se joue des républicains qui le pourchassent, depuis qu'en 1797 les autorités du département ont demandé au général Travot d'arrêter ce prêtre.

Verrière 8 – M. Barbedette se glisse parmi des Bleus endormis pour reprendre son chapeau.

Verrière 9 – Déguisé en mendiant, il conduit une patrouille qui le cherche à la ferme de la Morelière. Les Bleus lui donneront même une petite récompense pour ce service.

Verrière 10 – Toujours déguisé, cette fois en hussard, et muni d'un faux ordre de Travot, il délivre un soldat de Charette, Ricouleau, arrêté pour avoir abrité le curé du Grand-Luc.

Verrière 11 – Au retour de la liberté de culte en 1801, M. Barbedette peut rentrer dans son église pour officier parmi ses paroissiens.

Source des images : vitrail.ndoduc.com