Très appréciée des amateurs d’histoire pour la qualité de sa réalisation et le talent de son présentateur, l’émission L’Ombre d’un doute rouvrait, le 12 septembre dernier, le procès de Marie-Antoinette. Rediffusée la semaine suivante sur Pluzz, la vidéo est désormais disponible en intégralité sur GloriaTV.

Franck FerrandFranck Ferrand a un talent incomparable pour aborder, dans la sérénité, des questions d’histoire pour le moins sensibles. On se souvient de son Robespierre, bourreau de la Vendée qui fit grand bruit sur la toile. Pour se prémunir de toute tracasserie qui compromettrait la diffusion de ses enquêtes, l’historien sait toutefois composer avec l’enseignement officiel, faisant par exemple intervenir un universitaire bon teint, connu pour ses positions viscéralement hostiles à Reynald Secher, afin de permettre à ce dernier – événement exceptionnel ! – d’aborder la question du génocide vendéen sur une grande chaîne de télévision nationale.

Il en fut de même pour cette émission, « Fallait-il condamner Marie-Antoinette ? », entachée des poncifs de rigueur en la matière, touchant notamment à la « trahison » de la reine. Chose curieuse de voir des « spécialistes » se fourvoyer dans un thème qui touche plus à la politique qu’à l’Histoire. Car enfin, juger de la « trahison » est aussi subjectif que partial, ou plutôt c'est « une question de date », comme le disait non sans ironie Talleyrand. Brissot, Mirabeau, Hébert, Danton, Robespierre, etc., ont tous été qualifiés de « traîtres » à un moment ou à un autre de leur carrière. Peut-on reprocher à la reine d’avoir défendu une position et des intérêts qu’elle estimait à juste titre légitimes ? A-t-elle, pour cela, fait appel à ses alliés de l'étranger ? Et alors ? Le général De Gaulle en a fait autant. La différence, c'est que lui s'est retrouvé dans le camp des vainqueurs. Quand on vous dit que la trahison n'est qu'une question de date…