Les événements révolutionnaires parisiens sont à l’origine de la création de la Garde Nationale. En province, cette milice de citoyens fut placée sous l’autorité des municipalités et des districts dès 1790. A titre d’exemple, voici comme cette organisation se met en place dans le département de l’Isère et le district de Vienne. 

Volontaires 1792

« Aux premiers jours de la Révolution, l’armée comme la nation fut touchée par la fermentation générale. Une sourde agitation s’empare de la masse longtemps muette des soldats ; les bas officiers, pleins d’une amertume trop souvent contenue, se tournent résolument vers le Tiers-État… Dès la période qui précède la convocation des États généraux, les troubles se multiplièrent, et les actes d’insubordination (aussi)… Au début juillet 1789, le conflit devint aigu entre la Cour et l’Assemblée constituante ; le roi massa autour de Paris et de Versailles de nombreux régiments de ligne, principalement des mercenaires étrangers… Mais ce fut la force populaire qui entraîna la victoire. »

Après la Fête de la Fédération, le 14 juillet 1790, l’Assemblée impose le même uniforme à tous les gardes nationaux. Ils doivent s’habiller et s’équiper à leurs frais. Seuls les « citoyens actifs » peuvent être gardes nationaux : c’est-à-dire payant une contribution directe égale à la valeur de trois journées de travail.

Lire la suite de l'article sur le web-magazine Histoire & Généalogie