De La Chapelle-Basse-Mer, paroisse du Loroux, beaucoup connaissent Saint-Pierre-ès-Liens, cette belle chapelle romane sauvée de la destruction par Reynald Secher qui en a fait un lieu de rassemblement annuel des passionnés d'histoire. Celle de Saint-Simon, en revanche, demeure bien souvent ignorée, alors qu'un événement la relie aux Guerres de Vendée.

La Chapelle Basse MerLa chapelle Saint-Simon au début du XXe siècle et aujourd'hui

Bâtie au XVIe siècle, la petite chapelle Saint-Simon se niche dans le village du même nom, contre la levée qui la protège des crues de la Loire. Au printemps 1794, le fleuve est encore surveillé par la flottille de canonnières mise en place l'année précédente par les républicains, afin de protéger les convois de ravitaillement et de troupes vers Nantes, et empêcher les insurgés vendéens de le traverser. Les riverains font parfois les frais, particulièrement ceux de la rive gauche, suspectés de collusion avec les rebelles. C'est ainsi que René Jousseaume, du Bois-Garnaud, un hameau proche de Saint-Simon, est tué par les Bleus, le 24 mai 1794. Son corps sera inhumé dans la chapelle. Il y repose toujours, comme l'indique une plaque commémorative qui rappelle cet événement.

Localisation du village de Saint-Simon à La Chapelle-Basse-Mer :


Agrandir le plan

La Chapelle Basse Mer

Pour partir à la découverte de La Chapelle-Basse-Mer, l'Association du Patrimoine Chapelain a publié en 2011 un beau livre illustré (21 x 29,7 cm, 64 pages, nombreuses illustrations couleurs, 15 € frais de port gratuits). Ce titre arrive à épuisement, mais les derniers exemplaires peuvent encore être commandés auprès des Brigands du Bocage, La Gerbaudière 85140 Saint Martin des Noyers (règlement par chèque à l'ordre de l'Association du Patrimoine Chapelain).