Le site internet du journal L'Alsace a publié jeudi le résultat d'un étonnant travail de reconstitution faciale d'un célèbre révolutionnaire. On jugerait Danton, tant il est laid, mais c'est en fait Robespierre dont les traits ont été rendus par Philippe Froesch.

Robespierre
Le visage de Robespierre au moment de sa mort, à 36 ans, en 1794

(image Philippe Froesch / Visualforensic)

C’est un homme au visage grêlé par la petite vérole, à l’air fatigué par la Terreur qu’il avait fait régner dans un pays débarrassé de son roi. Le vrai visage du révolutionnaire Maximilien de Robespierre (1758-1794) nous apparaît, avec un réalisme surprenant, grâce au talent du Mulhousien Philippe Froesch. Spécialiste mondial de la reconstitution faciale, installé aujourd’hui à Barcelone, cet Alsacien de 49 ans avait déjà étonné le monde en livrant des images quasi-photographiques de figures telles que Simon Bolivar et Henri IV.

Pour les précédents, il a travaillé à partir de crânes. La particularité de ce travail-ci était, précise-t-il, de « vérifier la faisabilité technique d’une restitution en 3D d'un visage à partir d’un scanner et d’un masque en plâtre ». Ce masque aurait été moulé sur la tête décapitée de Robespierre par une Strasbourgeoise, Marie Grosholtz, devenue célèbre ensuite sous le nom de Madame Tussaud. Avant de créer son musée de cire à Londres, elle avait, de la même façon, réalisé les masques mortuaires de Marie-Antoinette et Marat.

Le 21 décembre prochain, le Docteur Philippe Charlier donnera une conférence de presse au cours de laquelle il reviendra sur ce travail, et en tirera des conclusions sur l’état de santé du révolutionnaire…

Lien vers l'article du journal L'Alsace : On a rendu sa tête à Robepierre

Plus de détails sur le site de Visualforensic
    


À lire en complément : Questions autour de la tête de Robespierre