Les soldats de Charette l'appelaient « Madame de La Garnache ». C'est dans cette paroisse, à Puy-Rousseau, que les révoltés du pays vinrent chercher Marie-Adélaïde de La Touche-Limouzinière, lors du soulèvement de mars 1793. Son épopée s'achèvera sous la balles du peloton d'exécution, derrière les dunes de la plage des Sables-d'Olonne, le vendredi 24 janvier 1794. On peut lire la biographie de celle qu'on appelait aussi « la Reine de Legé », sur le site de la Société des Historiens du Pays de Retz.

Puy-Rousseau Souvenir Vendeen
A l'entrée de Puy-Rousseau, le Souvenir Vendéen a posée une plaque
en mémoire de Madame de La Rochefoucauld

En voici un court extrait : « Les paysans de La Garnache, dans leur révolte, se rendent à Fonteclose. Mais Charette est absent ou plus probablement se cache. Il ne veut pas participer au soulèvement, devinant les représailles qui vont suivre. Alors, puisqu’il n’y a personne à Fonteclose, la petite troupe se dirige vers Puy-Rousseau, chez Madame la comtesse de La Rochefoucauld. Chacun des hommes connaît ses sentiments anti-révolutionnaires et sa fidélité à l’Ancien régime. Chez Marie-Adélaïde de La Touche-Limouzinière, les révoltés sont bien accueillis. Comme la comtesse a un compte à régler avec la nouvelle administration, une perquisition ayant été décidée à Puy-Rousseau par la municipalité de La Garnache, elle accepte tout de suite de prendre le commandement de l’équipée. Sans doute est-elle heureuse de rompre la monotonie des longues journées d’hiver dans ses bois. On dirait qu’elle n’attendait que cet appel pour entreprendre une révolte ouverte et armée. Elle organise aussitôt le soulèvement dans la région... »

Lien vers l'article complet : Madame de La Garnache