Situé dans le pays de Montfaucon, à l’ouest de Cholet, Saint-Germain-sur-Moine a été envahi à plusieurs reprises par les troupes républicaines de février à juin 1794. Le registre d’état civil de la commune énumère les listes des victimes identifiées. La plus importante, datée du samedi 22 mars 1794, en compte 31. 

Registre St_Germain_sur_Moine_1794Extrait du registre d'état civil de Saint-Germain-sur-Moine pour l'année 1794 :
« Le 22 mars 1794 furent surpris et égorgés par les armées républicaines… »

  

Le blog Chemins secrets a reproduit ces listes in-extenso : 13 habitants massacrés le 5 février 1794 ; 31 le 22 mars ; 3 le 5 avril et 12 le 8 juin. Le plus âgé, René Gachet, laboureur à la Vannerie, a environ 80 ans ; les plus jeunes, Julien Baron et Jeanne Chauveau, n’ont que 2 ans. Le registre numérisé est également consultable sur le site des Archives départementales du Maine-et-Loire en ligne (Saint-Germain-sur-Moine -> Liste chronologique NMD -> vue 70/88).

En souvenir de ces martyrs, on planta une petite croix sur un gros rocher au Carrefour des Dames, sur la route de Saint-Crespin-sur-Moine. Elle fut remplacée en 1894, à l’occasion du centenaire des massacres, par une plus haute croix, à laquelle on adjoignit de part et d’autre, à la fin de la mission de 1901, les statues de la Vierge et de saint Jean. Brisée par une tempête en juin 1942, elle fut restaurée quatre ans plus tard. On y fixa un Christ neuf, porté par les anciens prisonniers de guerre. Malheureusement un fort coup de vent la renversa à nouveau en février 1963, et il faudra attendre 1977 pour qu’elle soit relevée une fois de plus.

Croix Carrefour des DamesLe calvaire du Carrefour des Dames,
élevé à la mémoire des victimes des Colonnes infernales