En s'emparant de la Bastille, cette prison dont ils avaient fait le symbole de l'arbitraire royal, les émeutiers du 14 juillet 1789 furent bien déçus de n'y trouver que sept captifs : quatre escrocs, un libertin et deux fous. Ils en inventèrent donc un huitième plus propre à servir leurs intérêts et nourrir leurs fantasmes, le comte de Lorges. 

Comte de Lorges
L'histoire de ce personnage légendaire fut publiée peu après les événements sous le titre Le comte de Lorges, prisonnier à la Bastille pendant trente-deux ans, enfermé en 1757, du temps de Damien, et mis en liberté le 14 juillet 1789. « Parmi les prisonniers que la Bastille renfermait dans ses murs, et qui furent mis en liberté le 14 juillet dernier, on remarqua avec surprise un vieillard, dont la barbe descendait jusqu'à la ceinture… » L'auteur de cet opuscule commence ainsi son récit. Il le poursuit en affirmant avoir recueilli de la bouche même du soi-disant prisonnier l'histoire de son arrestation et de son long séjour dans un cachot sordide.

Cette mystification fut d'autant plus convaincante qu'on la diffusa sur des estampes, au point que le fameux comte semblait avoir pris chair. Le rédacteur de ses mémoires prit soin cependant de le faire disparaître, prétextant que le vieillard, « las de vivre avec une génération qui lui était inconnue », aurait demandé à la Nation une retraite qui lui aurait été accordée. Il n'en reste pas moins présent dans le tableau fantaisiste de la « prise » de la Bastille, que l'histoire révolutionnaire nous sert depuis plus de deux siècles.

Les légendes révolutionnaires, épisode 1 : la Prise de la Bastille
Les légendes révolutionnaires, épisode 2 : La Roche de Mûrs
Les légendes révolutionnaires, épisode 3 : La victoire de Valmy
Les légendes révolutionnaires, épisode 4 : L'Enfant Bara
Les légendes révolutionnaires, épisode 5 : Le « Vengeur du Peuple »
Les légendes révolutionnaires, épisode 6 : L'héroïne de Saint-Milhier