Près de 1.500 fidèles ont participé au pèlerinage diocésain à l’île Madame mardi 19 août à Port-des-Barques, près de Rochefort. Un événement dédié aux vocations sacerdotales et religieuses ainsi qu’aux prêtres martyrs de la Terreur révolutionnaire (1794). 

Pelerinage Ile Madame(photo Sud-Ouest, 20 août 2014)
 

Le pèlerinage à l’île Madame a réuni près de 1.500 fidèles mardi 19 août. Organisé par chaque été par l’Eglise catholique de Charente-Maritime, cet événement présidé par son évêque, Mgr Bernard Housset, était consacré cette année à la prière pour les vocations de prêtres et de religieux(-ses). L’invité d’honneur était Mgr Jean-Luc Bouilleret, archevêque de Besançon, et président de la Commission épiscopale pour les ministres ordonnés et les laïcs en mission ecclésiale.

Après avoir pris part à une messe en plein air à Port-des-Barques, les pèlerins ont formé un cortège pour emprunter la Passe aux Bœufs, cette bande de terre submersible qui relie le continent à l’île Madame à marée basse. Comme le veut la tradition, ils ont rejoint la plus petite île de Charente-Maritime afin de s’y recueillir et d’y déposer un galet. 

Organisé tous les mois d’août par le diocèse de La Rochelle et Saintes, ce pèlerinage unique en son genre rend hommage à des prêtres qui ont été martyrisés dans le secteur de Rochefort durant la Terreur révolutionnaire (1794).

Lors de cette période sombre de la Révolution française, près d’un millier de prêtres de toute la France ont été emprisonnés dans des voiliers, au large de l’île d’Aix puis à l’île Madame. En trop mauvais état pour prendre la mer en direction du bagne en Guyane, ces bateaux ont servi de prison à ces hommes qui y ont été humiliés et torturés.

Le régime reprochait à ces prêtres dits « réfractaires » leur refus de se soumettre à la Constitution civile du clergé qui faisait d’eux des sortes de fonctionnaires publics ecclésiastiques nommés par les citoyens. Plus de la moitié d’entre eux n’ont pas survécu à leurs conditions de détention. 254 ont été enterrés sur l’île Madame, 226 sur l’île d’Aix et 67 à Rochefort.

Sur l’île Madame existe un endroit appelé la Croix des Galets où ont été retrouvées quatre dépouilles de ces prêtres déportés disposées en forme de croix. C’est là que, chaque année, des milliers de pèlerins viennent se recueillir et déposer un galet symbolique. Leur geste est un hommage à ces « prêtres martyrs des pontons de Rochefort », dont 64 ont été béatifiés par le Pape Jean-Paul II en 1995.

Source et suite de l'article sur le site de Catholiques en Charente-Maritime
Photo : Sud-Ouest, 20 août 2014