Le blog de Jean-Pierre Logeais nous fait découvrir mille et une anecdotes sur l’histoire du Tablier, commune vendéenne à mi-chemin entre La Roche-sur-Yon et Luçon. Parmi celles-ci, le généalogiste a déniché une trace des Guerres de Vendée dans un acte notarié de 1798. 

La fosse au soldat

Le 19 prairial an VI (17 juin 1798), Me André Martineau, notaire au Tablier, établit le partage d'immeubles dépendant de la succession de Marianne Papaillon, épouse de François Brechotteau (1729-1803), et sis au Puy du Tablier ainsi qu'aux Jaunières de Château-Guibert.

Ce partage a lieu entre ses enfants, Pierre Brechotteau (1769-1806)… et sa sœur, Marianne Brechotteau (1772-1800)…

Le tirage au sort attribue notamment à la fille « la pièce de terre du Crénôn près la fosse au soldat » et au fils « la moitié d'une maison brûlée » (et « le pré du Crénôn »).

« La fosse au soldat » est sans doute à rapprocher de « la fosse aux soudards » connue dans l'histoire du Tablier et qui se situerait près du village des Jaunières. Avec le temps, le soldat – Bleu, sans doute – est devenu un, puis des soudards.

Le TablierLocalisation des lieux mentionnés

Lien vers le blog de Jean-Pierre Logeais
Lien vers l'article intégral : Des traces de la Guerre de Vendée, au Tablier, dans un acte notarié (1798)
L'acte notarié est visible sur le site des Archives de la Vendée, dans les minutes notariales du Tablier, étude B, André Martineau, an VI, vue 207/446.