C'était le rendez-vous à ne pas manquer, une occasion trop rare de gravir la centaine de marches du clocher de Chambretaud pour admirer le sublime panorama sur la commune et au-delà. Ce dimanche matin, l'église Notre-Dame de la Nativité a accueilli un grand nombre de visiteurs curieux d'en apprendre davantage sur ce monument bien connu du Haut-Bocage.

Chambretaud 2Photo 1, la statue de Notre-Dame et les vitraux fleurdelysés

Il a même fallu s'armer de patience sur les marches de l'édifice, avant de pouvoir enfin pénétrer par petits groupes dans l'étroit escalier en colimaçon donnant accès au clocher. Une première étape conduisait à la tribune au-dessus de l'entrée. De là se déploie une vue impressionnante sur la vaste nef baignée de lumière, dont les voûtes légères alternant les claveaux de granit sombre et de calcaire blanc reposent sur de très fines colonnes elles aussi de granit, baguées du même calcaire. Cette tribune permet en outre d'apprécier dans toute son ampleur le bel ensemble de verrières fleurdelysées (photo 1, droite), ainsi que le vitrail illustrant la mort de l'abbé Nicolas, vicaire de Chambretaud pendant la Révolution, martyrisé à la fin de l'année 1793 (photo 2, droite).

Chambretaud 1Photo 2, une gargouille près de la tribune
et le vitrail du martyre de l'abbé Nicolas
sous la Révolution

La deuxième étape menait ensuite au balcon aménagé en façade au-dessous de l'horloge et de la statue de la Sainte Vierge (photo 1, gauche). Ce panorama vers le midi déroule les lignes de crêtes qui nous cachent le Mont des Alouettes et même l'archange de Saint-Michel-Mont-Mercure, noyé dans le contre-jour. Encore quelques minutes d'attente, avant de pouvoir monter au niveau supérieur...

Eglise de ChambretaudLe clocher de Chambretaud 

Ce véritable chemin de ronde, à la hauteur des abat-son, fait un tour presque complet du clocher. On découvre d'abord l'immense toiture d'ardoises de l'église dont le faîtage s'est coiffé d'une énorme fleur de lys de zinc (photo 3). Au-delà s'étend le parc du château du Boisniard, qu'on aperçoit à peine au-dessus des frondaisons, puis la ville de Cholet perdue dans la brume de l'horizon. Vers la gauche, le presbytère et le cimetière, avec au loin le champ d'éoliennes de Saint-Christophe-du-Bois (photo 4). La vue se perd alors dans le bocage en direction de La Gaubretière (photo 5), revient au sud sur les crêtes d'où émerge le château d'eau du Chaffaud (photo 6), avant de s'arrêter au bout du parcours vers la campagne des Épesses et de Saint-Malo-du-Bois (photo 7).

Chambretaud 7Photo 3, vers Cholet

Il était déjà temps de redescendre pour céder la place au prochain groupe qui attendait avec impatience au pied de l'escalier. Les participants ont pu ensuite prolonger leur visite dans l'église, pas seulement pour le nouveau chauffage présenté le matin même, mais aussi pour le riche décor offert par les paroissiens : le maître autel couronné d'une tiare papale, la chaire de marbre et de bois sculpté, les vitraux (photo 12), le chemin de croix sur plaques d'émail, etc. Pour en savoir plus, un conférencier animait dans la crypte un diaporama sur l'histoire rocambolesque de la construction de l'édifice.

Chambretaud 6Photo 4, le presbytère et le cimetière

Remercions les bénévoles qui ont donné de leur temps pour encadrer les nombreux visiteurs, et espérons qu'il ne faille pas attendre une autre décennie (la dernière ouverture du clocher remonte – si ma mémoire est bonne – aux Journées du Patrimoine de 2003) pour grimper à nouveau dans ce phare du Bocage vendéen.

Chambretaud 5Photo 5, la rue Notre-Dame

Chambretaud 8Photo 6, la rue du Calvaire

Chambretaud 9Photo 7, la place de Suyrot

Chambretaud 10Photo 8, vue plongeante des contreforts

Chambretaud 4Photo 9, vers le Boisniard

Chambretaud 11Photo 10, le chemin de ronde et l'escalier du clocher

Chambretaud 3Photo 11, au-dessus des voûtes

Chambretaud 12Photo 12, deux vitraux du chœur