La République doit être un régime bien fragile pour s’effrayer de l'installation d’une statue de Louis XVI au sein d’une mairie. L’original de cette œuvre classée au patrimoine du Loroux-Bottereau va pourtant devoir quitter l’Office de Tourisme en plein déménagement. 

Statue de Louis XVI au Loroux-BottereauL'original de la statue de Louis XVI dans l'Office de Tourisme du Loroux-Bottereau
  

La statue de Louis XVI érigée devant l’église du Loroux-Bottereau n’est en effet qu’une copie. C’est heureux, quand on se souvient qu’elle fut dégradée à plusieurs reprises. L’Office de Tourisme a recueilli l’original, mais son déménagement prochain soulève quelques questions : « Que va-t-on faire de l’original de la statue de Louis XVI offerte aux Lorousains et qui se trouve actuellement dans les locaux de l’Office de Tourisme ? » s’interrogent plusieurs élus locaux.

L’adjoint Philippe Guillou précise qu’« elle doit rester impérativement au Loroux, mais elle ne pourra pas être placée au sein de la mairie. Louis XVI planté au beau milieu de la République, cela ferait un peu désordre. » Il ne devrait pas tant s’émouvoir : la mairie de Nant abrite dans son entrée une statue du Roi-Martyr (elle aussi mutilée), et nul mouvement contre-révolutionnaire n’a pour autant secoué ce coin de l’Aveyron.

D'après Ouest-France, édition de Nantes-Vignoble, jeudi 12 mars 2015
(merci à Henry Renoul !)


La statue de Louis XVI devant l'église du Loroux-Bottereau est représentée dans l'article : Le Pays du Loroux-Bottereau, victime des Colonnes infernales de Cordelier et de Turreau
  


Mise à jour du 15 mars 2015 : M. Jean Pionnier, président de la Société d'histoire et d'archéologie du Pays d'Auray a réagi à l'article ci-dessus :

« Sachez que, à Auray, la salle du Conseil municipal dans l'hôtel de ville est ornée d'un très grand tableau représentant Louis XVIII, d'un tableau un peu plus petit de Napoléon III et bien sûr d'une petite photo officielle du président de la République actuel. Ces tableaux avaient été donnés pendant la Restauration et pendant le Second Empire par les chefs d'État respectifs lors d'une visite à Auray. Pour vous dire qu'il n'y a rien de choquant pour une mairie d'avoir en son sein des œuvres qui font partie intégrante du patrimoine de la commune. »