Le Courrier de l'Ouest a publié hier, dans son édition de Cholet, un grand article sur la conférence de paix qui mit un terme à la 4e Guerre de Vendée. Et c'est à La Tessoualle, là même où cette réunion de chefs vendéens se tint le 24 juin 1815, que le Souvenir Vendéen et l'association histoires Histoire en célébreront le bicentenaire le samedi 27 juin prochain.

Souvenir Vendeen La Tessoualle  


Quand les Blancs font la paix

Il y a 200 ans, le 24 juin 1815, La Tessoualle était le théâtre d’une conférence de paix mettant fin à la 4e guerre de Vendée. Un livre, une expo et une conférence commémorent cette histoire méconnue.

Qui se souvient aujourd’hui de la paix de La Tessoualle de 1815 ? À vrai dire, pas grand monde à part quelques amateurs d’histoire férus des guerres de Vendée. À l’occasion du bicentenaire de l’événement, l’association tessouallaise histoires Histoire met en lumière cet épisode tombé dans l’oubli.

La 4e guerre de Vendée

L’insurrection de 1815, appelée 4e guerre de Vendée, est une brève réplique de la sanglante guerre civile de 1793, laquelle a fait entre 140.000 et 200.000 morts sur le territoire de la Vendée militaire (Vendée, Maine-et-Loire, Deux-Sèvres, Loire-Atlantique). Cette fois, les Vendéens ne se battent pas pour leur liberté religieuse, qui n’est plus remise en cause, mais pour des raisons politiques. Ils défendent le roi Louis XVIII, chassé du pouvoir par Napoléon de retour en France après son exil à l’île d’Elbe. C’est une bataille qui oppose royalistes et bonapartistes. « D’un point de vue militaire, c’est une campagne très courte (du 15 mai au 20 juin 1815), qui engage beaucoup moins de combattants que la grande guerre de 1793 », explique l’association histoires Histoire, Les 13.000 Vendéens, commandés par d’Autichamp, Sapinaud, Suzannet Louis et Auguste de La Rochejaquelein, font face à quelque 10.000 soldats des troupes régulières placées sous les ordres généraux Lamarque, Travot et Brayer. Le 20 juin 1815, les Vendéens sont battus à Rocheservière (Vendée) et Thouars (Deux-Sèvres), Ils n’ont d’autre choix que de déposer les armes.

La paix de La Tessoualle

Le 24 juin 1815, 36 généraux et officiers vendéens réunissent une conférence de paix à La Tessoualle, « à l’extrême limite du territoire placé sous l’autorité d’Auguste de La Rochejaquelein. seul chef ayant encore des troupes en état de se battre ». Il s’agit de mettre noir sur blanc leurs conditions de sortie de guerre et les soumettre à Napoléon. La rencontre se déroule dans une maison du quartier de la Pallerie, dans le bourg. Sur les 34 votants, 22 sont favorables à la paix, 12 s’y opposent. « Le texte est immédiatement porté au général Lamarque. Il sera signé officiellement le 26 juin à Cholet, et définitivement ratifié par Charles Sapinaud de La Rairie, général en chef de l’armée vendéenne le 28 juin 1815 », rappelle l’association histoires Histoire.

Un livre

Président de l’association histoires Histoire, Raymond Maudet a souhaité faire connaître cet épisode au travers d’un livre. « Il s’agit d’un travail collectif d’un groupe d’historiens locaux passionnés et soucieux de partager leurs découvertes », insiste-t-il. Le livre intitulé « La Tessoualle et les guerres de Vendée » revient en détail sur le soulèvement de 1815 auquel ont pris part au moins 42 habitants de la commune. Trois y ont laissé la vie. L’ouvrage trace également le portrait de Pierre Bibard (lire ci-dessous), chef de paroisse durant la guerre de Vendée. Il sera disponible lors des cérémonies du bicentenaire du 26 au 28 juin et sur commande (8 €) auprès de l’association (groupehistoire@orange.fr).

Une expo et une conférence

Du vendredi 26 au dimanche 28 juin, une exposition sur les guerres de Vendée et le soulèvement de 1815 sera présentée à la mairie de La Tessoualle. Vendredi 26 juin (20 heures, salle Tessallis), Raymond Maudet et Michel Chatry, président du Souvenir Vendéen, donneront une conférence sur « La Tessoualle et les guerres de Vendée ».

Un double hommage à Pierre Bibard

À l’occasion du bicentenaire de la paix de La Tessoualle, le Souvenir Vendéen a restauré la stèle de Pierre Bibard (1770-1841). Ce monument rend hommage à celui qui fut un valeureux capitaine de paroisse durant la guerre de Vendée. Fait prisonnier à Fontenay-le-Comte (Vendée) le 16 mai 1793, il s’est rendu célèbre en pardonnant à son geôlier à sa libération. « C’est le Bonchamps de La Tessoualle », observe Raymond Maudet. La stèle restaurée sera déplacée et installée devant la mairie où elle sera mise en valeur. Le livre de l’association histoires Histoire évoque aussi le souvenir de Pierre Bibard en republiant et en enrichissant une biographie qui lui était consacrée en 1896. Premier Tessouallais à être décoré de la Légion d'honneur en 1822, Pierre Bibard a fini sa vie dans le dénuement à Maulévrier avant de s’éteindre à Saint-Laurent-sur-Sèvre lors d’un pèlerinage sur le tombeau du père de Montfort.

(avec l’aimable autorisation de Gabriel Boussonnière)