Déjà généreuse en articles annonçant la commémoration de la Paix de La Tessoualle, samedi dernier, la presse locale a consacré une belle couverture à cet événement. En voici deux articles parus hier dans les journaux Ouest-France et Le Courrier de l'Ouest.

OF 29 juin 2015Article de Ouest-France, édition de Cholet, mardi 29 juin 2015
  

La stèle de Pierre Bibard est maintenant bien visible

Plus de cent ans après son inauguration, la stèle de l’enfant du pays vient de retrouver une nouvelle jeunesse. Une plaque commémorative à son nom a également été dévoilée.

Pierre Bibard fut un capitaine de paroisse durant les Guerres de Vendée. Outre le courage dont il fit preuve, son nom est passé à la postérité pour l’attitude magnanime qu’il eut envers ses ennemis.

Gravement blessé et fait prisonnier lors de la 1re bataille de Fontenay-le-Comte, il fut malmené par son geôlier durant une semaine. Délivré lors de la prise de la ville par les Vendéens une semaine plus tard, il eut cette parole pour son gardien : « Souviens-toi que je t’ai pardonné pour l’amour de Jésus Christ. » Il refusa aussi le massacre des soldats ennemis prisonniers.

Il fut le premier Tessouallais à recevoir la Légion d'honneur. C’était un homme de convictions. Nommé garde champêtre lors de la restauration, ses blessures ne lui permettant plus d’exercer son métier de voiturier, il choisit de se priver de ressources plutôt que d’avoir à renier son engagement lors de l’arrivée de Louis Philippe au pouvoir, en 1830.

L’histoire en fascicule

Son portrait a été réalisé au même titre que ceux des grands généraux vendéens, et a servi de modèle pour la stèle érigée en sa mémoire en 1913. Cette stèle, peu visible et abîmée, a été restaurée par le sculpteur Philippe Cousin. Cette restauration s’est faite avec la participation financière du Souvenir Vendéen (pour la stèle sculptée) et de la commune de La Tessoualle (pour le transfert du monument). Elle est maintenant installée près de la mairie et bien visible. Une plaque pédagogique au dos donne les explications pour les passants.

Une autre plaque commémorative a également été posée près de la mairie rappelant que c’est à La Tessoualle que furent arrêtés les termes du traité de paix, mettant fin à la quatrième guerre de Vendée. Le lieu exact de l’événement n’est pas connu avec certitude, mais les documents d’histoire parlent de la Palerie, nom de la zone où se trouve la mairie aujourd’hui. Il y a de fortes présomptions qu’il s’agit de la maison face au chœur de l’église, mais sans certitudes.

Une exposition bien documentée du Souvenir Vendéen est visible en mairie jusqu’au vendredi 4 juillet. Un fascicule retraçant l’histoire de Pierre Bibard ainsi que celle de la quatrième insurrection et du traité de paix a été réalisé par l’association histoires Histoire (8 €), Marc Gental (le maire de La Tessoualle) soulignait que « la commune n’a pas de châteaux, mais cela a permis à des gens simples d’émerger dans l’histoire. »
  


CO 29 juin 2015Article du Courrier de l'Ouest, édition de Cholet, mardi 29 juin 2015
  

Cérémonie du bicentenaire du traité de paix

Samedi, face à la place de la Paix à La Tessoualle, le nouvel emplacement de la stèle Pierre Bibard, rénovée, a été inauguré lors des cérémonies du bicentenaire du traité de paix.

Samedi, Marc Gental et son équipe avaient convié les Tessouallais aux cérémonies commémoratives du bicentenaire du traité de paix du 24 juin 1815.
Le Souvenir Vendéen, présidé par Michel Chatry, et le groupe histoires Histoire de Raymond Maudet étaient, pour cette circonstance, partenaires de la municipalité. Le traité marquait la fin de l’insurrection des Vendéens contre Napoléon qui avait chassé Louis XVIII.
Tout a commencé vendredi soir avec une conférence à Tessalis. Michel Chatry dans un premier temps et Raymond Maudet dans un second temps ont rappelé les moments cruciaux des Guerres de Vendée en général et à La Tessoualle en particulier.

Traité de paix du 24 juin 1815

Raymond Maudet a parlé du héros local des Guerres de Vendée, Pierre Bibard. « C’était notre Bonchamps tessouallais. » Samedi, la place de la Poste est devenue place de la Paix. Ensuite, face à la place de la Paix, le nouvel emplacement de la stèle Pierre Bibard, rénovée, a été inauguré. À son dos, figure un panneau éducatif qui retrace son parcours. Pour terminer, une plaque rappelant « En ces lieux, le 24 juin 1815, se tinrent les pourparlers de paix de La Tessoualle » a été apposée sur un muret de la mairie.
« Peu de communes peuvent se targuer d’avoir été le cadre d’une conférence de traité de paix. La Tessoualle est sans doute une commune sans histoire, mais elle a de l’Histoire. Il faut féliciter le travail de fourmi, avec le souci de la réalité, effectué par le groupe d’histoires Histoire », souligne Marc Gental. Une exposition sur les Guerres de Vendée, mise à disposition par le Souvenir Vendéen et animée par le groupe histoires Histoire, est visible à la mairie aux horaires d’ouverture jusqu’au vendredi 4 juillet.
Le groupe histoires Histoire a sorti le livre « La Tessoualle et les guerres de Vendée » (8 €).
Contact : groupehistoire@orange.fr