Mon article sur le pont de Boussay a apporté son lot d'hypothèses et de documents sur cette énigme historique. Parmi les pièces qui m'ont été fournies, j'en ai retenu une qui confirme l'existence d'un pont sur la Sèvre nantaise, au lieu-dit Charrier, cinq ans avant la mention du cadastre de Boussay, soit en 1804. Mais l'intérêt majeur de cette note demeure la description d'une effroyable attaque de loup à ce même endroit.

Loup en VendeeEn 1804, une Bête du Gevaudan en Vendée...
  

En voici le texte (orthographe en l'état) :

Boussay, le 14 thermidor an 12 (2 août 1804)

Depied, Brigadier de Gendarmerie à la résidence de Boussay.
Au sieur Torza, Lieutenant de Gendarmerie à la résidence de Nantes,

Monsieur,

Un événement majeur et extraordinaire est arrivé ce matin au passage de la Sèvre, dit le pont-de-chez-charié, qui communique de La Bruffière à Boussay.

Un loup monstrueux par sa grosseur (dont je vous tracerai ci-dessous les victimes de sa férocité) a paru pour passer ce pont et s'introduire dans la commune de Boussay. Le maire et moi nous fumes avertis de cet apparition et nous nous y sommes transporter, armé de nos fusils ; y étant parvenu, l'animal y était mort, par l'activité des habitants du hameau de chez charié ; notamment, le nommé Chauvière, teinturier, qui au bruit de cet inconvénient a couru sur ce loup armé d'un fusil à deux coups, et a tiré l'animal de fort proche et au second coup ce monstre a rétrograder sur lui, et lui a dévoré la main gauche ; sans le secours du nommé Jean Martin de la Burelière, Chauvière ne se serais peut-être pas débarrassé de cet animal, présumé enragé, sur lequel il a cassé son fusil ; quoiqu'étant terrassé, le dit Martin a aussi manqué d'être dévoré l'animal s'est maté trois fois pour le défigurer et n'a heureusement eu aucun mal. Ce monstre a été aussitôt se cacher dans une haie forte épaisse et après quelques moments de recherches, l'animal a été tué d'un coup de levier par Jean Durand, du dit hameau de chez charié, commune de Boussay.

Ce loup venait de dévorer une fille de 15 ans au village de la Poinstière, commune de La Bruffière, département de la Vendée ; en voulant crier pour que l'animal ne fasse dommage à un petit troupeau de moutons dont elle était la gardienne, le monstre s'est jetter sur elle, et lui a dévoré la tête de laquelle il a restée l’arge comme la main de chaire sur la place et lui a aussi mordu le bras, elle n'est cependant pas morte, d'après les renseignements que nous primes.

Ce monstre a été vu à 5 heures ce matin dans la commune des Landes[-Genusson] à la maitérie de Chambrette, à une demi lieu de Tiffauges où il a soi-disant mordu et terrassé deux hommes, étant à la charrue ; de là il s'est porté a la maitérie de Chatennier même commune où il a aussi dévoré une fille, et a aussitôt marché sur le hameau du Beau-Potés en La Bruffière et y a aussi dévoré trois personnes, ce monstre a été détruit à six heures, ce qui fait qu'en une heure de temps il a fait ce carnage.

Je ne vous donne point le détail des animaux qu'il a atteint de sa furie dans cette intervalle. Je vous donne seulement l'exact de ce que moi et le maire ont été visité et des renseignements que nous avons appris des personnes qui était armé de fourche et autre instrument pour le joindre ; malgré ces malheurs bien des personnes doivent leur salut aux habitants du hameau de chez charié en Boussay, qui, par leur courage sont parvenus à tuer un pareil monstre et assurément il mérite par leur travail et leur dévouement, quoique victime, l'estime du Gouvernement et des paroisses voisines ; cet animal ne courait que de la force d'un homme, et il était de l'espéce loup, et d'une grosseur peu commune, il a été au même instant mis sur un bûcher et brûlé ; cet événement a mis la consternation dans bien des familles particulièrement dans la Vendée ou les communes de son désastre sont situées, il a heureusement perdu la vie au moment où il voulais passer dans la commune de Boussay ; heureusement il n'y a de ce département que Chauvière de victime de ce monstre.

Un grand merci à M. Bernard Guimbretière qui m'a adressé le document complet.

Loup en Vendee 2« Un événement majeur et extraordinaire est arrivé ce matin au passage de la Sèvre, dit le pont-de-chez-charié, qui communique de La Bruffière à Boussay. »
Il y avait donc un pont à Boussay en 1804…