Le 14 juillet est traditionnellement pour nous une journée de recueillement en souvenir de Jacques Cathelineau, rappelé à Dieu à cette date en 1793. Les querelles d’associations qui avaient entaché sa préparation se sont dissipées, lorsque ceux qui ont souhaité y participer se sont rassemblés autour du tombeau du premier généralissime des armées vendéennes.

Les Amis du Pont-PaillatPhoto souvenir devant le tombeau de Bonchamps
  

De tous les événements annoncés, on aura finalement vu que le Souvenir Vendéen, qui a renoué avec cette commémoration annuelle (1) en animant une cérémonie dans la chapelle Saint-Charles, où reposent Jacques Cathelineau et son fils. Mais aussi un groupe plus informel, les « Amis du Pont-Paillat » (2), dont nous suivons les pérégrinations depuis plusieurs mois. On compte parmi eux des membres du Souvenir Chouan de Bretagne, du Souvenir Vendéen, de la Vendée Militaire et d’autres associations ; des rescapés des Brigands du Bocage (3) ; et des passionnés d’histoire, de tous âges, déjà conquis par les précédentes sorties de cette sympathique société. On peut se réjouir de voir que leur présence à Saint-Florent-le-Vieil a finalement fait oublier les dissensions qui avaient pu prévaloir entre associations à la veille de ce 14 juillet.

Le rassemblement de ce petit groupe d’amis – dont j’ai le plaisir de faire partie – a commencé à La Boissière-du-Doré, pour un déjeuner chaleureux à l’enseigne de l’Auberge des Brigands. Ce fut l’occasion de retrouver le maître des lieux, Jean-Camille Émeriau, aussi talentueux pour vous conter des histoires de la Grand’Guerre de Vendée, que pour vous concocter quelque succulente recette de terroir. Peu avant 15h, cette joyeuse assemblée a pris congé de son hôte pour se rendre enfin à Saint-Florent-le-Vieil.
  

Auberge des BrigandsPhoto de groupe devant l'Auberge des Brigands, à La Boissière-du-Doré
(photo Chemins Secrets)
      

L’objectif principal demeurait la chapelle Saint-Charles, où le Souvenir Vendéen rendait son hommage à Jacques Cathelineau. Auparavant, Patrick Garreau livra un historique détaillé de la Paix de Saint-Florent, dont nous fêtions cette année le 220e anniversaire. Il était d’ailleurs proposé aux participants de se rendre, après cette cérémonie, à l’endroit où Stofflet signa ce « traité » avec les représentants de la Convention.
  

Souvenir Vendeen - Tombeau de CathelineauLa gerbe de fleurs du Souvenir Vendéen devant la tombe de Cathelineau
  

Après s’être inclinés sur le tombeau de Cathelineau, les Amis du Pont-Paillat saluèrent une dernière fois les membres du Souvenir Vendéen et se mirent en route en direction de l’église abbatiale au sommet du Montglonne. Cette ascension sous un soleil plus que généreux, se fit en plusieurs étapes : devant la plaque signalant la maison où Cathelineau s’éteignit, le 14 juillet 1793 ; devant la maison Duval où Bonchamps donna l’ordre de gracier les 5.000 prisonniers républicains enfermés dans l’abbaye, le 18 octobre 1793 ; devant l’hôtel de la Guérinière où siégeait le comité révolutionnaire ; et au sommet, sur la place d’armes d’où partit l’insurrection qui embrasa les Mauges, le 12 mars 1793. Depuis ce promontoire s’ouvre un panorama grandiose sur la Loire, là même où des dizaines de milliers de Vendéens, battus à Cholet la veille, réussirent à franchir le fleuve le 18 octobre 1793. Après cette évocation historique, le groupe est entré dans l’église pour admirer le sublime tombeau de Bonchamps sculpté par David d’Angers, puis les grandes verrières qui racontent les épisodes marquants des Guerres de Vendée à Saint-Florent-le-Vieil.
  

Jacques CathelineauLa plaque sur la maison où Cathelineau rendit son âme à Dieu

Tombeau de BonchampsLe tombeau de Bonchamps, chef-d'œuvre de David d'Angers
  

Le dernier arrêt de la promenade se fit au Musée d’histoire locale, dont les collections se sont encore enrichies depuis le dernier 14 juillet. Le Souvenir Vendéen y était présent pour offrir des boissons et des brioches aux visiteurs. Ce fut là le terme de la journée. Il était près de 18h. Peu à peu chacun reprit le chemin de ses pénates, se promettant de se revoir très bientôt. Et il n’y a que l’embarras du choix dans les idées de sorties…
  

Pierre BibardAu Musée de Saint-Florent-le-Vieil, un souvenir de Pierre Bibard
  

À lire aussi le compte-rendu de cette journée par Richard Lueil (avec plus de photos) sur son blog Chemins Secrets


(1) Depuis 2013, le Souvenir Vendéen a retenu trois dates fixes dans son calendrier : le 27 février à La Gaubretière et le 28 février aux Lucs-sur-Boulogne, pour honorer les Martyrs des Colonnes infernales ; et le 14 juillet à Saint-Florent-le-Vieil, en mémoire de Jacques Cathelineau.
(2) Ainsi nommé depuis que cette compagnie s’est formée sur le vieux chemin entre le Bois des Chèvres et le Pont-Palliat, théâtre de batailles mémorables en 1793.
(3) Fondée en 2010, cette association de reconstitution historique des Guerres de Vendée a participé jusqu'en 2013 à la Journée Cathelineau aux côtés du Souvenir Chouan de Bretagne. Victime de l'impéritie de sa présidente, dont les déboires ont été révélés sans exagération ni mensonges dans toute la presse locale (je suis bien placé pour en témoigner), elle aurait été dissoute dans des conditions mystérieuses au début de l'année 2015. D'anciens membres revenus de ces mésaventures, qui ont tant nui à l'engagement associatif pour la Vendée, sont toutefois parvenus à rétablir des liens et à retrouver l'esprit qui animait autrefois les sorties des Brigands du Bocage. Mais la réapparition de l'ex-présidente dans le décor d'une journée affichée comme un hommage à Cathelineau, ce même 14 juillet 2015, n'a pas manqué de susciter un certain émoi chez les anciens adhérents, comme chez les personnes lésées par cette intrigante.