En flânant dans le cimetière de Montfaucon, j’ai relevé une plaque signalant une célébrité locale, Fernand Chauveau, le photographe du comte de Chambord. Le journal Le Courrier de l’Ouest en a récemment brossé un beau portrait.

Fernand ChauveauLa plaque commémorative sur la tombe de Fernand Chauveau
  

« Si vous demandez aux quelques anciens qui restent dans la commune quel était le premier photographe de Montfaucon, ils vous répondront à coup sûr : Chauveau queue-de-pie ! et de mimer le personnage qui, à leurs dires, était plutôt petit, boiteux et toujours habillé d’une ancienne redingote en queue-de-pie. Il déambulait dans les rues du bourg, à l’affût de bons clichés et comme il était toujours pressé la queue de sa redingote allait de droite à gauche… D’où son surnom ! »

Fernand Théodore Louis Jean Chauveau est né le 23 mai 1835 à Montfaucon-sur-Moine. Issu d’une famille royaliste qui participa aux Guerres de Vendée, il lia par fidélité son destin à celui du comte de Chambord dans son exil à Frohsdorf, en Autriche. C’est là qu’il devint le photographe officiel de la famille royale. Il réalisa ainsi de nombreux portraits de 1874 à 1883, date de la mort du comte de Chambord.
  

Fernand Chauveau - Le Courrier de l'OuestPortrait de Fernand Chauveau (Le Courrier de l'Ouest)
  

De retour à Montfaucon, Fernand Chauveau continua ses activités de photographe. « Aménageant un studio dans une vieille maison, il commença par des portraits, des centaines de portraits, montés sur de jolis cartons. Puis, trimbalant un encombrant trépied sur lequel il fixait avec d’infinies précautions sa curieuse boîte photographique, il écumait les communes alentour lors de manifestations locales. C’est là qu’il réalisa ses premières cartes postales. Curieusement il ne les signa pas, car, paraît-il, il ne croyait pas que ce genre de photographie eût un avenir commercial ! »

Fernand Chauveau s’éteignit à Nantes en 1910. Il repose toujours au cimetière de Montfaucon, derrière la vénérable chapelle Saint-Jean. Sa tombe fut remise en état et mise à la disposition de la commune, avec l’accord de la famille, comme un élément d’histoire et de patrimoine. Elle reçut en outre une plaque commémorative inaugurée le 26 août 2001 par les associations Mémoire des Bourbons et Vendée Militaire.

« Pendant longtemps les négatifs sur plaques de verres de Fernand Chauveau reposèrent dans l’immense grenier de sa maison qu’il possédait à Montfaucon. Lors la vente de celle-ci, un brocanteur acheta tous ces précieux documents avec le matériel de développement. L’association pour la Sauvegarde et la Promotion du Patrimoine de Montfaucon (A.S.P.P.M.), prévenue trop tard, ne put retrouver trace de l’acheteur. »
  

Tombe de Fernand ChauveauLa tombe de Fernand Chauveau dans le cimetière de Montfaucon
   

D’après l’article « Chauveau queue-de-pie » paru dans Le Courrier de l’Ouest, édition de Cholet, mardi 28 juillet 2015