La conseillère de Paris Danielle Simonnet (Front de Gauche) vient de relancer le projet d’une rue Robespierre dans la capitale, avec le parrainage d’une coterie d’historiens très favorables à leur « Incorruptible ». 

Rue Robespierre  
Son plaidoyer reprend les poncifs robespierristes, la « probité », le « sens de l’État », l’engagement contre l’esclavage, la peine de mort, etc., ajoutant que « beaucoup de nos représentants actuels feraient bien de s’en inspirer » ! Je crains pour nos têtes en imaginant ce que sous-entend cette phrase…

Jean Sévillia répond à cette fâcheuse initiative dans un excellent article publié cette semaine sur le site du Figaro : « Au lieu de créer une rue Robespierre à Paris, débaptisons les autres ».

Restons toutefois vigilants, compte tenu de la couleur politique de la majorité municipale de Paris. Affaire à suivre…
  


À lire également :
Thermidor n'a pas débarrassé la France de Robespierre
Robespierre dégage de Belfort
Les Russes liquident Robespierre
Le mythe de Robespierre a la vie dure