La Maraîchine normande a réalisé un très gros travail de retranscription en reprenant à la source la liste des personnes mortes dans les prisons de Niort en 1793 et 1794. En reportant ces données sur une carte, on constate une surreprésentation des victimes dans la zone frontalière entre Vendée insurgée et territoire républicain. 

Carte prisons de NiortLocalisation des victimes des prisons de Niort
à partir du relevé de la Maraîchine normande

  

Le livre d’Antonin Proust, La Justice révolutionnaire à Niort, souvent cité en référence par les historiens, recensait 182 morts dans les prisons du chef-lieu des Deux-Sèvres sous la Terreur. En vérifiant ces données dans les documents originaux, notre Maraîchine normande s’est vite aperçue que ces listes étaient très incomplètes et souvent mal recopiées. Elle les a donc entièrement reprises et publiées cette semaine.

En pointant tous ces noms et leur localisation géographique (quand elle était indiquée) sur la carte des Deux-Sèvres (ci-dessus), on visualise d'un coup d'œil la surreprésentation des victimes originaires des communes situées dans la zone frontalière entre le pays insurgé et les territoires restés sous le contrôle des républicains. C’est notamment le cas de Chiché et Amailloux du côté vendéen ; de Vernoux-en-Gâtine du côté républicain ; ce qui dessine assez nettement la zone disputée entre Blancs et Bleus à la limite de la Vendée Militaire.

Lien vers l’article de la Maraîchine normande : Niort (79) – 1793/1794 État des détenus morts en prison à Niort