L’association La Tessoualle, histoires, Histoire* anime quotidiennement sur sa page Facebook une éphéméride très documentée sur des événements et des personnages qui ont marqué le passé de cette commune du Choletais. En date du 18 août, on y découvre le registre clandestin de La Tessoualle ouvert en 1794. 

La Tessoualle registre clandestinPremière page du registre clandestin de La Tessoualle
  

Après un document attestant que le Tesssoullais Pierre Bibard, « ancien officier vendéen », a été fait chevalier de la Légion d'honneur, le 17 août 1882, l’éphéméride du 18 août nous présente la page d’ouverture du registre clandestin de la paroisse sous la Révolution. On peut y lire :

« Registre contenant seize feuillets servant à constater pour la présente année les naissances, baptêmes, mariages et sépultures de la paroisse de La Tessoualle. Cotté et paraphé par nous, Étienne Jean Baptiste Marie Bernier, curé et chanoine de l’église royale de Saint-Laud d’Angers, Commissaire général pour le Roi dans l’Anjou et Haut-Poitou. Le 18 août 1794 l’an II du règne de Louis XVII. »

Signé : Bernier, curé de Saint-Laud.

Ce registre a été essentiellement tenu par l’abbé Hilaire Guillon. Comme l’état civil officiel n’a pas été administré pendant cette période, François Turpault, maire de La Tessoualle de 1800 à 1804, tentera de le reconstituer à partir des déclarations de ses concitoyens. Ces « listes chronologiques des naissances, mariages et décès » sont consultables sur le site des Archives départementales du Maine-et-Loire. Le registre clandestin en revanche n’y figure pas.

Lien vers la page Facebook de l'association La Tessoualle, histoires, Histoire

La Tessoualle listes NMDListes chronologiques des naissances, mariages et décès de La Tessoualle
(Archives départementales du Maine-et-Loire, lien sur l'image)

  


* Cette association était partenaire du Souvenir Vendéen dans l'organisation de la journée du 27 juin 2015 commémorant la Paix de La Tessoualle.