Aujourd’hui dimanche, en même temps qu’un martyr de la Révolution française Salomon Leclercq (1), le Pape François canonise place Saint-Pierre le petit José Luis Sanchez del Rio, l’un des héros de l'épopée des Cristeros. 

José Luis Sanchez del RioMauricio Kuri incarne José Luis Sanchez del Rio dans le film de Dean Wright, Cristeros
  

En mémoire de ce jeune martyr assassiné à l’âge de 14 ans, voilà l’extrait de son « chemin de croix » tiré du film Cristeros de Dean Wright :

La guerre des Cristeros désigne le soulèvement qui embrasa une partie du Mexique, entre 1926 et 1929, pour la défense de l’Eglise au nom du Christ-Roi. Cette révolte éclata en réaction à la politique violemment anticatholique du président Plutarco Elías Calles, amorcée depuis la révolution mexicaine (1910-1920).

La fermeture des lieux de culte fut à l’origine de l’insurrection de plusieurs paroisses dans les régions rurales principalement du centre du pays. L’armée fédérale intervint, prenant d’assaut les églises où s’étaient enfermés les Cristeros, comme à Guadalajara en août 1926, luttant contre la guérilla qui s’était répandue dans les montagnes. Elle fut cependant tenue en échec pendant trois ans. En représailles, elle s’attaqua à la population des régions en rébellion, déplacée vers les villes pour priver la révolte de son soutien. Cette répression fit environ 90.000 victimes. Le clergé catholique paya lui aussi un lourd tribut à cette guerre qui le décima littéralement. Les négociations entre Rome et le gouvernement mexicain aboutirent finalement, le 27 juin 1929, à un accord qui isola les Cristeros, dont un grand nombre émigra vers la Californie.

Le cinéma s’est rarement inspiré de cette histoire, si ce n’est John Ford pour The Fugitive, en français Dieu est mort, sorti en 1947, ou le plus confidentiel Los últimos Cristeros, film mexicain de Matías Meyer, sorti en 2011. Dean Wright nous l’a fait découvrir dans une production à grand spectacle, Cristeros, qui donne, par bien des aspects de cette révolte, un écho particulier dans la mémoire vendéenne.

Pour ceux qui n’auraient pas encore ce grand classique du cinéma, le DVD Cristeros est proposé ici au prix de 14,50 € (au lieu de 19,95 €) pendant 3 jours.

 


(1) Né à Boulogne-sur-Mer en 1745, Nicolas Leclercq (Frère Salomon en religion) a voué sa vie à l’enseignement jusqu’à la Révolution. Son refus du serment constitutionnel le poussa dans la clandestinité. Arrêté et incarcéré dans la prison des Carmes en août 1792, il y fut massacré comme la quasi totalité des détenus le 2 septembre suivant.