Après Bleu Rêve paru en au printemps, Juliette Chaux-Mazé vient de publier le deuxième tome de sa trilogie vendéenne, Blanc Roy, un roman historique semi-graphique où l’illustration fusionne judicieusement avec le récit. Elle sera présente samedi à la Maison de la Presse de Montaigu pour rencontrer ses lecteurs et dédicacer ses livres.

Juliette Chaux-MazeEntretien publié dans Ouest-France, le 26 octobre 2016 : 

Qui êtes-vous ?

Je suis née en 1981, et j’ai grandi au milieu des livres et des pinceaux. Enfant, je dessinais chaque soir et depuis mon adolescence, j’ai toujours aimé inventer des histoires, que j’écrivais sur des cahiers d’écolier. Si je passe trop de temps sans dessiner, il me manque quelque chose !

Enseignante, j’écris des BD, comme Les Moustaches de Monsieur Pistache, et des romans de littérature jeunesse, comme Mon royaume pour un dragon. Dans ma famille, on s’intéresse à l’Histoire, au patrimoine. Mes professeurs de 6° et de 4° ont entretenu l’intérêt que j’avais pour le Moyen-Âge, le XVIIIe et le XIXe siècles. Ce sont mes périodes de prédilection.

Pourquoi choisir la période des Guerres de Vendée ?

L’été 1998, j’avais 17 ans. Des affiches exposées au Logis de la Chabotterie m’ont interpellée. Le soir même, je griffonnais une mini BD, mettant en scène Marie, paysanne vendéenne, qui se travestissait pour combattre les Bleus. Des lectures complémentaires m’ont permis de peaufiner l’histoire : sont apparus Gabrielle, son frère Charles, et un parti pris pour Henri de La Rochejaquelein. Une période passionnante, car belle et dangereuse.

Que raconte cette trilogie ?

Elle plonge le lecteur en pleine contre-révolution : de la période 1789 au début de l’année 1794, avec la bataille de Cholet, le passage de la Loire à Saint-Florent-le-Vieil, la Virée de Galerne…

Quelle est la part de l’histoire et de la création ?

Je tiens à faire vrai, avec des personnages inventés. Gabrielle de Chamblain, son frère Charles et leur frère de lait, Pierre, sont fictifs. L’histoire est respectée. Je veux que l’on se dise : « Gabrielle a vraiment existé ! » J’ai fait tout un travail de documentation précise sur les armes, les habits, les personnages, pour y inscrire l’histoire des guerres de Vendée.

C’est quoi un roman semi-graphique ?

C’est une nouveauté ! J’écris et je dessine. Un récit avec du texte, mais le roman s’arrête et le dessin prend le relais de la narration. C’est une façon originale et renouvelée d’aborder un sujet auprès des ados.

Samedi 20 octobre 2016, séance de dédicace, de 10h00 à 12h00, et de 14h30 à 16h30, à la Maison de la Presse de Montaigu.


 

Ouest-France 26 octobre 2016