Le blog Murmures d’ancêtres soulève aujourd’hui un problème qui s’est posé à nombre de nos ancêtres vendéens, à travers l’exemple d’une jeune femme de Saint-Aubin-de-Baubigné (Deux-Sèvres) : comment prouver son existence quand les registres d’état civil n’ont pas été tenus durant les Guerres de Vendée, ou quand ils ont disparu dans les mêmes circonstances ? 

Acte civil reconstituéActe civil reconstitué, Mauléon/Saint-Aubin-de-Baubigné, 1822 (A.D. 79)
  

La tenue de l’état civil dans nos régions sous la Révolution a laissé bien des lacunes, du fait de la destitution des prêtres insermentés auxquels on a retiré les registres paroissiaux en 1792 ; de la tenue aléatoire, pour certains d’entre eux, de registres clandestins ; et de la situation précaire des municipalités pendant la guerre. Or, faute d’acte dûment établi par un officier d’état civil, comment peut-on hériter d’un parent sans pouvoir justifier son décès ? Comment attester qu’on est marié sans document officiel ? Et comment se marier sans pouvoir prouver sa propre existence par un simple acte de naissance ? Ce dernier cas est illustré par l’exemple de Jeanne Le Beau, sur le blog Murmures d’ancêtres :
  


Jeanne marche d’un pas décidé, suivie d’Aubin Pineau, son beau-frère. Si rapide que j’ai du mal à les suivre. Les 2 kilomètres qui séparent la métairie du Tail du village de Saint-Aubin-de-Baubigné ne lui font pas peur : elle a l’habitude. La démarche pressée, les poings serrés, la bouche fermée, Jeanne est en colère. Et ce n’est pas le soleil de ce mois de juillet 1822 qui va lui rendre le sourire.

Jeanne s’apprêtait à épouser François Bénéteau, le fils aîné de l’ancien meunier de Changé à Nueil-sur-Argent. Aujourd’hui les deux parents du futur sont décédés et François est domestique. Cependant il apporte tout de même la valeur de 414 livres dans la corbeille du mariage. Après tout, elle, fille de métayers, placée aussi comme domestique, n’est guère plus riche et n’apporte que 271 livres. Et puis, son père est mort il y a déjà six ans et elle en a 22 maintenant : il faut qu’elle se marie. Ce François est un bon parti pour elle.

Jeanne m’a raconté la raison de sa colère : quand ils sont allés à la mairie pour déclarer leur intention de se marier, surprise, l’officier d’état civil leur a dit que ce n’était pas possible.
– Pas possible ? Et pourquoi donc ?
Parce que vous n’existez pas ! lui a-t-on répondu.
– Et bien ça ! C’est trop fort : vous voyez bien que j’existe puisque je suis devant vous !
En fait l’officier d’état civil lui a expliqué qu’il ne trouvait pas son acte de naissance dans les registres (ou tout au moins ce qu’il en est resté après les combats violents qui ont ravagé la région à la fin du siècle dernier) : sans ce document, pas d’existence légale. Pas de mariage.
– Mais alors, on ne peut pas se marier ?
– Ben, en fait si, il y a un moyen : il faut prouver que vous existez. Ça s’appelle un acte de notoriété : il faut que plusieurs témoins attestent de votre naissance. En général ce sont les parents qui font cette déclaration.

Jeanne est sortie de la mairie bien dépitée : son père est mort et sa mère est tellement malade qu’elle ne quitte plus son lit depuis plusieurs mois. Mais après un léger découragement, elle a repris espoir : deux témoins suffisent ; ils ne doivent pas obligatoirement être les parents.

C’est pour cela que nous marchons d’un pas vif vers la mairie ; pour régulariser la situation de Jeanne et prouver qu’elle existe bien ! Arrivés devant la maison commune, nous retrouvons Pierre Sapin, tisserand à Rorthais. Nous entrons, Jeanne en tête bien sûr.
Je viens déclarer que j’existe !
Elle est si décidée, que l’officier d’état civil ouvre son grand registre sans discuter ni perdre une minute. Et de sa fine écriture il écrit : « A comparu Jeanne le Beau laquelle nous a dit qu’elle ne se trouve pas portée sur les registres de l’état civil, à cause des troubles qui existaient lors de sa naissance ; qu’elle ne peut se faire représenter par sa mère à cause d’une maladie qui la retient au lit depuis près d’un an ; mais elle nous offre le témoignage de deux personnes dignes de confiance, notamment celui de Aubin Pineau son beau-frère à cause de marie beau son épouse, et qui nous assure qu’elle est née le douze avril mil huit cent […] elle a déclaré ne savoir signer. » À leurs tours, Pierre Sapin et Aubin Pineau ont fait la même déclaration.

Oui, maintenant Jeanne existe vraiment. Elle se détend un peu. Elle va pouvoir se marier. Le retour à la métairie est plus calme. Nous parlons à bâtons rompus, de ses rêves, de ses espoirs. Avec François ils comptent s’installer au Tail comme « cultivateurs » (comme on dit désormais). Elle espère avoir des enfants : trois ou cinq, elle ne sait pas encore ! Elle espère aussi que sa mère ira mieux et pourra se remettre…

Lire la fin de l’article : La colère de Jeanne


Article connexe : Une famille vendéenne séparée par la Virée de Galerne