Planté en 2012 sur la place de Lorraine, dans le centre d’Angers, l’arbre de la laïcité vient de subir une nouvelle attaque, peut-être la dernière. 

Arbre de la laiciteLe feu a noirci le tronc de l'arbre de la laïcité et brûlé ses cordes
  

Inauguré sur la place de Lorraine le dimanche 9 décembre 2012, en célébration de la loi de séparation de l’Église et de l’État votée 107 ans auparavant, le chêne sacré de la république a été abattu une première fois dans la nuit du mardi 5 au mercredi 6 novembre 2013. La riposte n’a pas tardé, puisque la mairie a aussitôt décidé d’en planter un nouveau, le dimanche 8 décembre suivant, et comme pour la fois précédente, à grand renfort d’élus angevins, de représentants du Grand Orient de France, de syndicats de l’éducation nationale et autres associations de sinistre, viscéralement laïques.

Hélas pour eux, les bûcherons noctambules frappèrent encore dans la nuit du lundi 9 au mardi 10 décembre 2013, ajoutant à leur action un message explicite : « À quand la séparation entre la franc-maçonnerie et l’État ? » Le maire d’Angers refusa de désarmer et déclara qu’il replanterait cet arbre « encore et encore ».

Les infatigables boquillons ne tardèrent pas à le mettre à l’épreuve : le dimanche 30 mars 2014, la cime gisait au pied du tronc. La bien-pensance s’indigna et le maire tint parole.

Que croyez-vous qu’il arriva… ? L’arbre de la laïcité trépassa une quatrième fois, au petit matin du mardi 21 février 2017. Toutefois il n’a pas été abattu, ni étêté, mais bien incendié. Sera-t-il laissé dans sa nouvelle cage métallique destinée à prévenir tout nouveau tronçonnage ? Ou bien remplacé par une sculpture comme cela avait été évoqué par le maire d’Angers après le troisième « attentat » ?

L’arbre de la laïcité d'Angers aura alors vécu à peine plus de quatre ans, un peu plus que « le chêne de la liberté » que Renée Bordereau abattit à coups de sabre au soir du 17 juin 1793, juste avant l'arrivée de l'armée vendéenne dans la capitale angevine (Mémoires de Renée Bordereau, dite Langevin… 1814, p. 13).
  


Mise à jour du 3 mars 2017 – À la suite de cette affaire de déboisement anti-maçonnique, Xavier Paquereau a retrouvé dans les Affiches d'Angers, principal organe de presse couvrant toute l'époque révolutionnaire, le compte rendu de la plantation du deuxième arbre de la ci-devant liberté, le 22 pluviôse an II (10 février 1794). Il l'a publié sur le blog Chemins Secrets.

Arbre de la liberte Angers 1

Arbre de la liberte Angers 2