Situé près de Thiers, dans le Puy-de-Dôme, le château de Barante est réputé pour sa bibliothèque constituée par la même famille depuis plus de trois cents ans. Ce trésor d’archives va faire l’objet d’une nouvelle vente aux enchères (1) le 25 mars prochain, avec plusieurs lots intéressant la Vendée, notamment des pièces relatives aux Mémoires de Madame de La Rochejaquelein. 

BaranteLa bibliothèque du château de Barante au début du XXe siècle
  

Fondée au XVIe siècle, la bibliothèque du château de Barante s’ouvre au XVIIIe siècle à un grand nombre de livres d’histoire naturelle, de voyages et d’ethnographie. Une anecdote rapporte qu’en 1793, le dénommé Claude-Ignace de Barante, incarcéré à Thiers avant d’être envoyé devant le Tribunal révolutionnaire, écrivait à sa femme pour lui signaler des livres à acheter et lui donner des consignes pour son relieur. Libéré, il retrouva sa chère bibliothèque…

À la génération suivante, Prosper de Barante, homme de lettres et préfet de Vendée de 1809 à 1813, enrichit ce fonds de très nombreux ouvrages. Le rez-de-chaussée de la demeure était presque entièrement dédié à la bibliothèque. À l’occasion du Congrès international des Bibliothécaires et des Bibliophiles à Paris en 1923, on apprenait que la bibliothèque Barante comptait soixante mille volumes !

Plusieurs manuscrits et autographes relatifs
aux Mémoires de Madame de La Rochejaquelein

Plus de trois cents lots seront proposés par Bernard Vassy et Philippe Jalenques, commissaires-priseurs, à l’Hôtel des Ventes de Clermont-Ferrand (19 rue des Salins), le samedi 25 mars 2017 à 14h00.

Les amateurs d’histoire vendéenne remarqueront les lots suivants :

  • N° 86 : Observations sur l’histoire de la guerre de Vendée par M. de Beauchamp, manuscrit de l’abbé Bernier (2.000 à 3 000 €).
  • N° 98 : Notes de l’abbé de Grandmaison sur les guerres de Vendée (1816). Intéressant manuscrit de cet aumônier des armées vendéennes : « L’abbé Grandmaison, fils et petit-fils de chevaliers de Saint-Louis a été curé dans la Vendée. Il s’est réuni à M. de La Rochejaquelein dès les premiers moments de l’insurrection. Il était avec lui aux premières affaires des Aubiers. Il a été aumônier de l’armée qu’il a constamment suivie dans la campagne d’Outre-Loire. À l’affaire de Dol il a sauvé plus de 3000 Vendéens qui frappés d’une terreur panique fuyaient sur la route de Saint-Malo où ils avaient été massacrés par les soi-disant patriotes de ces campagnes. Il les a ramenés sous les drapeaux de la victoire et de l’honneur. Après les combats décisifs et meurtriers du Mans et de Savenay il a consacré les moments de sa retraite à procurer aux fidèles Bretons les secours de son saint ministère […] à Châtillon où il était curé il a sauvé 800 militaires français qui cernés par les eaux ne pouvaient communiquer avec le munitionnaire résidant à Bressuire. Ils allaient se répandre dans les campagnes pour se procurer des vivres, il leur en donna […] il s’est retiré à Blois […] où il n’a cessé d’y donner des preuves de sa fidélité à l’autel et au trône […] Son corps est encore meurtri des fers dont il a été chargé dans les prisons de Blois et du Bouffay à Nantes et des blessures qu’il a reçues sur les champs de bataille… » Une note du maire et des habitants de Blain précise qu’après la défaite de Savenay, il s’est caché dans leur village et alentours pendant plusieurs années et qu’il a consacré « le temps de cette retraite à procurer aux catholiques de ces contrées les secours et les consolations de la religion », à la suite de quoi, « dénoncé par des soi-disant patriotes il fut enlevé par la force armée après avoir éprouvé les traitements les plus indignes… » (5.000 à 6.000 €).
  • N° 102 : Rapport au roi sur la dernière insurrection de Vendée, manuscrit du baron de Jacques rédigé en 1815 (500 à 600 €).

Et bien évidemment plusieurs pièces relatives aux Mémoires de Madame de La Rochejaquelein, dont Prosper de Barante reprit l’écriture :

  • N° 105 : Mémoires de la marquise de La Rochejaquelein écrits par elle-même et rédigés par M. de Barante, manuscrit autographe (vers 1811) + un autre manuscrit calligraphié + des notes autographes de Madame de La Rochejaquelein sur sa famille, destinées au baron de Barante pour la rédaction de ses Mémoires + trois lettres autographes datées de 1808 + diverses pièces relatives aux Mémoires, comme des notes du chevalier de Beaurepaire fournissant un témoignage sur des événements des Guerres de Vendée (8.000 à 10.000 €).
  • N° 106 : Correspondance de la marquise de La Rochejaquelein adressée au baron Prosper de Barante de 1808 à 1834 (6.000 à 8.000 €).
  • N° 107 : Correspondance du marquis de La Rochejaquelein (Louis de La Rochejaquelein est tué lors de la quatrième Guerre de Vendée en juin 1815) adressée au baron Prosper de Barante de 1808 à 1814 (1.000 à 1.500 €).

Lien vers le catalogue en ligne de cette vente aux enchères
  

(1) Une vente aux enchères d’objets provenant du château de Barante a déjà eu lieu le 25 novembre 2016.