Les Éditions Hérault ont présenté sur leur stand du Printemps du Livre de Montaigu leur prochaine publication : Requiem pour la Vendée, des héros de vitrail au siècle des Lumières. Cet ouvrage très illustré dépeint l’épopée de 93 à la manière d’un immense vitrail, où les trésors artistiques d’une Vendée héroïque et méconnue viennent illustrer une narration claire et concise des événements. 

Requiem pour la Vendee  
Les auteurs commencent par décrire le contexte, présenter les figures les plus lumineuses du drame, scruter les raisons du conflit et les motivations des insurgés. Suit le récit chronologique des hauts faits de la guerre et des trois plans de répression successifs décrétés par le pouvoir parisien, offrant un saisissant panorama de cette page d’Histoire de France trop souvent occultée.

On découvre alors les sept grands chefs vendéens – Cathelineau, d’Elbée, Bonchamps, Stofflet, Lescure, La Rochejaquelein et Charette –, ces meneurs d’hommes aux charismes extraordinaires, mais aussi des personnages féminins moins connus du grand public, comme Mmes de Bonchamps et de Lescure, Renée Bordereau dite l’Angevin… On assiste aux plus furieuses batailles : Saumur, Nantes, Torfou, Cholet, Dol-de-Bretagne, Le Mans… On est pétrifié devant l’horreur des ordres de destruction (août 1793), d’extermination (octobre 1793) et d’anéantissement (janvier 1794), qui s’abattirent sur la Vendée, ne laissant aucune chance aux insurgés, ni même aux femmes (le « sillon reproducteur ») et aux enfants de cette « race maudite »…

L’épopée vendéenne, forte en émotions, transporte le lecteur et ne peut laisser personne insensible, tant elle est sublimée par l’héroïsme et les souffrances de tout un peuple soudé dans l’adversité, confronté à des épreuves inimaginables, telles la Virée de Galerne, son incroyable odyssée, les noyades de Nantes ou les Colonnes infernales.

Ces pages montrent enfin comment l’espérance et la sainteté peuvent triompher des atrocités endurées, tandis que le pardon qu’accordèrent les Vendéens à leurs persécuteurs attend encore en retour un geste de reconnaissance et un minimum de repentance de la nation.

Deux auteurs descendants de Jacques Cathelineau

Philippe de Cathelineau, né en 1949 à Paris, est marié et père de huit enfants. Docteur en médecine, il a exercé la médecine générale durant une quarantaine d’années et a présidé, en 1993, l’Association départementale du bicentenaire de la Vendée angevine, alors placée sous l’égide du Conseil général de Maine-et-Loire. Il a donné depuis plusieurs conférences sur les Guerres de Vendée.

Thérèse Flavigny, née en 1989 à Angers, est mariée et mère de trois enfants. Elle a obtenu à la Sorbonne un master II de lettres classiques et rédigé deux mémoires universitaires sur les thèmes de l’identité et de l’oubli. Elle a travaillé par la suite en tant qu’assistante éditoriale.

Ils descendent tous les deux, en ligne directe, de Jacques Cathelineau, le saint de l’Anjou, par son unique fils.
  


Philippe de Cathelineau et Thérèse Flavigny, Requiem pour la Vendée, des héros de vitrail au siècle des Lumières, Éditions Hérault, 196 pages, 177 illustrations couleur, 20 €

Il est possible de réserver l’ouvrage dès à présent en le commandant auprès des Éditions Hérault, Les Mélines 49360 Maulévrier (règlement à l’ordre des Éditions Hérault). Pour le recevoir par la Poste, ajoutez 5 € (franco à partir de 2 exemplaires).

Bon de commande au format PDF à télécharger ici : Requiem pour la Vendee