Les Classiques Garnier viennent de rééditer L’Ensorcelée, roman à la fois historique et fantastique de Jules Barbey d’Aurevilly qui ramine, dans une atmosphère surnaturelle, le souvenir des guerres de la Chouannerie.

Nous sommes dans l’ouest normand, au milieu du XIXe siècle. Le narrateur revient de Coutances, où il a passé quelques jours pour affaires, et s’apprête à traverser la lande de Lessay, sur laquelle circulent toutes sortes de rumeurs de sorcellerie et de brigandage. Alors que la nuit va tomber, notre narrateur fait une halte au cabaret du Taureau rouge, où la patronne lui donne pour compagnon de voyage maître Tainnebouy, un fermier qui se rend dans la même direction que lui. À mi-chemin, alors que la pénombre est de plus en plus forte, la jument de Maître Tainnebouy se blesse, contraignant les deux hommes à s’arrêter. Le fermier confie alors au narrateur sa crainte d’être victime d’un sortilège lancé par l’un des pâtres errants qui hantent la lande.

L'EnsorceleeÀ minuit, le son d’une cloche se fait entendre, annonçant une messe injustifiée dans l’abbaye de Blanchelande. Maître Tainnebouy explique à notre narrateur que l’église est hantée. En effet, celui qui tente de dire la messe est mort depuis bien longtemps.

Commence alors le récit d’une histoire qui a marqué la presqu’île du Contentin pendant la Révolution. Après avoir chouanné, Jéhoël de la Croix-Jugan, un prêtre autrefois aussi beau que Saint-Michel, a tenté de se suicider par balles, anéanti par la défaite. Il ne sera que défiguré et, bien que suspendu provisoirement de l’Église, il doit assister aux offices dominicaux qui se tiennent à Blanchelande. Ainsi, il rencontre Jeanne Le Hardouey, fille d’une ancienne famille noble décimée, et épouse pour sa honte d’un fermier certes riche, mais qui a acquis son bien honteusement. Dès sa première rencontre avec l’abbé de la Croix-Jugan, Jeanne est ensorcelée par cet homme. L’amour qui naît en elle, dans un contexte aussi tendu que la Révolution, la plongera, ainsi que toute la contrée, dans des tourments dramatiques… (extrait du blog Lillly et ses livres)

L’Ensorcelée, par Barbey d’Aurevilly, collection Bibliothèque du XIXe siècle, Classiques Garnier, parution le 26 avril 2017, 405 pages, 29 €.
  


Et pour s'imprégner de l'atmosphère inquiétante de cette histoire, voici un extrait du téléfilm qui en a été tiré en 1981 :