Le Souvenir Vendéen a fait étape samedi à Mesnard-la-Barotière, Mouchamps et L’Oie, au fil d’un parcours chargé d’histoire, jalonné de monuments que l’association a restaurés ou mis en valeur à l’occasion de cette belle journée de printemps. Le compte rendu est en ligne sur le site de l’association. 

Souvenir VendeenDécouverte de la Croix Gravereau entièrement restaurée
(à droite, la même croix en 2014)
 

À Mesnard-la-Barotière, les participants ont pu assister à la messe célébrée par un jeune prêtre, le Père Alexandre-Marie Robineau. Passionné d’histoire et adhérent de notre association, cet enfant du Bocage vendéen a su rendre un très bel hommage à nos Martyrs lors de son sermon. Accompagné par toute l’assistance à la fin de l’office vers l’extérieur de l’église, le prêtre a ensuite béni notre nouvelle plaque pédagogique, dévoilée par MM. Michel Chatry, président du Souvenir Vendéen, et Serge Fichet, maire de Mesnard-la-Barotière.

En mémoire de Vasselot et de la famille de Mesnard

Celle-ci rend hommage à Joseph Amand de Vasselot, le dernier à avoir mené le combat en 1796. Ce nouveau support illustré, avec sa notice historique, permet aujourd’hui au public de découvrir la plaque que nous avions posée en 1953 au château de Mesnard, tout proche, mais hélas inaccessible.

Un exposé sur Joseph Amand de Vasselot, mais aussi sur la famille de Mesnard, de la Révolution à la dernière Guerre de Vendée de 1832, a complété cette inauguration.

Souvenir Vendeen 4L’église de Mesnard-la-Barotière, construite en 1871

Souvenir Vendeen 5À la fin de la messe, procession vers la nouvelle plaque pédagogique
à l’extérieur de l’église
 

Le massacre du Parc-Soubise

La deuxième étape nous a emmenés au château du Parc-Soubise, près de Mouchamps, un site historique exceptionnel, profondément marqué par le passage des Colonnes infernales. Nous avons traversé la propriété, en particulier une grange démesurée à la charpente unique dans la région, puis nous avons gagné la cour du vieux château, théâtre du massacre de 200 habitants des environs, raflés par les soldats républicains et fusillés à cet endroit le 31 janvier 1794.

Le récit de cette journée d’horreur s’est inscrit dans celui de la marche de la colonne infernale commandée par Lachenay, de son départ d’Argenton-Château jusqu’à son arrivée aux Essarts, au soir du 31 janvier.

Une plaque du Souvenir Vendéen commémore ce massacre du Parc-Soubise depuis 1958, mais située dans une propriété privée, comme au château de Mesnard, elle reste invisible pour le public. C’est pourquoi nous l’avons reproduite, accompagnée d’une notice historique, sur une stèle de schiste érigée au bord de la route qui longe le château.

Souvenir Vendeen 10Devant le vieux château, théâtre du massacre du 31 janvier 1794

Souvenir Vendeen 15La nouvelle plaque pédagogique au bord de la route
 

La Croix Royrand aux Quatre-Chemins

La dernière étape de la matinée nous a conduits aux Quatre-Chemins-de-l’Oie. La grande croix et sa plaque posée en 1984 par le Souvenir Vendéen à la mémoire de Royrand, sur la route de Saint-Fulgent, ont été nettoyées avec soin, y compris la niche dans laquelle nous avons replacé une statuette de la Vierge. Jean-Claude Desmars nous a raconté, devant cette ancienne croix de mission, l’histoire de Charles-Aimé de Royrand, commandant en chef de l’Armée du Centre, dont l’action fut essentielle à la défense du front de la Vendée vers le sud.

Après cela, nous sommes partis reprendre des forces en déjeunant non loin de là, au restaurant Le Grand Turc, dont le nom trouve son origine dans le passage de Napoléon aux Quatre-Chemins-de-l’Oie, le 8 août 1808.

Souvenir Vendeen 16La Croix Royrand aux Quatre-Chemins-de-l’Oie avant restauration (à droite)
et aujourd’hui,
avec le récit de la vie de Charles-Aimé de Royrand,
général vendéen, par Jean-Claude Desmars
  

Pour découvrir la suite de la journée de printemps du Souvenir Vendéen, avec l’inauguration de la nouvelle Croix Gravereau et beaucoup d'autres photos, cliquez sur ce lien.