Avant-poste de l’Anjou face à la Bretagne, Freigné a bouleversé cette frontière millénaire en votant son rattachement à la commune nouvelle de « Vallons de l’Erdre ». En s’unissant à Bonnœuvre, Maumusson, Saint-Mars-la-Jaille, Saint-Sulpice-des-Landes et Vritz – toutes de Loire-Atlantique – la commune angevine change ainsi de département. 

Chateau de BourmontLe château de Bourmont à Freigné 
   

Freigné abrite sur son territoire un haut lieu de la Chouannerie : le château de Bourmont, qui fut incendié à plusieurs reprises au cours de la Révolution. Son rôle de quartier général de l’armée de Scépeaux – qui faisait fi de la limite départementale puisqu’elle s’étendait largement de part et d’autre – et l’engagement de son propriétaire – le comte de Bourmont – dans la Chouannerie, ne sont pas étrangers à ces malheurs. 

Un chef de la Contre-révolution 

Bourmont

Louis Auguste Victor de Bourmont, comte de Ghaisne (portrait ci-contre), est né dans ce château en 1773. Formé à l’école royale militaire de Sorèze, où il fait connaissance avec Henri de La Rochejaquelein, il entre en 1788 dans le régiment des Gardes Françaises. Il le quitte l’année suivante pour regagner son château, avant de prendre le chemin de l’émigration. En 1795, Bourmont s’engage dans la Chouannerie comme agent de liaison. Il y restera jusqu’en 1799. Compromis dans le complot de Cadoudal, il est arrêté en 1801, mais parvient à s’évader. Réfugié au Portugal, il est rattrapé par les troupes napoléoniennes et contraint de rentrer en France. Il doit alors servir dans l’armée impériale, ce qu’il fera sans état d’âme jusqu’aux Cent Jours, pour défendre l’indépendance de son pays et non pour combattre les Bourbons. Cette fidélité à son roi lui fit abandonner son commandement en juin 1815 pour rallier Louis XVIII. Il en sera grandement récompensé sous la Restauration. En 1830, Bourmont reçoit le commandement de l’expédition d’Alger, pour laquelle il recevra le bâton de maréchal. Mais la Révolution de Juillet lui vaudra un nouvel exil à travers l’Europe. Amnistié en 1840, il revint dans son château où il s’éteignit six ans plus tard. Son corps repose toujours dans la chapelle. 
   


Freigné rejoindra Bonnœuvre, Maumusson, Saint-Mars-la-Jaille, Saint-Sulpice-des-Landes et Vritz, toutes situées de l’autre côté de la « frontière » pour créer une commune nouvelle de « Vallons-de-l’Erdre » le 1er janvier 2018. 

FreigneFreigné passe du Maine-et-Loire à la Loire-Atlantique ;
Le Fresne-sur-Loire a fait le chemin inverse en 2016 (carte ouest-France)