Le Courrier du Pays de Retz a rapporté au printemps dernier la découverte de « la pierre à Margain », vestige de la sépulture d’un révolutionnaire de Vue. L’article a également été publié, et complété, sur le site de l’association Vue sur le marais

Pierre de MargainLa pierre à Margain sur le site de l’association Vue sur le marais
   

Anthony, jeune trentenaire, avait le projet de refaire un bout de mur au fond de sa propriété lorsqu’il a trouvé au sol une épaisse plaque d’ardoise. Or, peu de temps avant Lucien, membre actif de l’association Vue sur le marais, lui avait parlé de l’histoire du site qui avait appartenu, il y a deux siècles à un dénommé Margain. Des recherches aux archives départementales avaient confirmé l’emplacement de la sépulture sur son propre jardin d’un fervent révolutionnaire. Ce dernier y avait même édifié une petite « chapelle » anticléricale à l’image de ses convictions profondes. De plus, Pierre Fréor père, avait rencontré en 1957, une habitante de Vue, Clotilde Humeau, née Chaublet, qui relatait par écrit les mêmes événements dont voici le résumé : 

Noël Fidel Margain est né le 21 mai 1747, fils de Jan Margain et de Julienne Landais. À la Révolution, il faisait des discours révolutionnaires et impies perchés sur une barrique à la manière d’un prédicateur, sur la place où était planté un arbre de la liberté. Ceux qui n’allaient pas l’écouter étaient dénoncés comme réfractaires aux idées républicaines et emprisonnés en place forte Paimbœuf, au Bouffay à Nantes ou bien encore au Château d’Aux de Saint-Jean-de-Bouguenais.

AB MargainL'acte de baptême de Noël Fidel Marg(u)ain, registre paroissial de Frossay 
   

Pour l’anecdote, ce Margain avait sur sa table, une tête de mort, et se frappant la tête du doigt, il disait : « Souviens-toi, tête, que tu deviendras comme cette tête-là ! » Conseil qu’il se donnait à lui-même pour ne pas oublier de jouir de la vie. Pourtant il est dit qu’il était charitable et donnait du bon vin vieux aux malades et rendait quelques services.

Il habitait « la ville », partie de la commune de Vue située après le pont du Tenu direction Paimbœuf, la partie en amont étant « le bourg », sa maison existe encore.

Il meurt en l’an 1816, le 9 avril à Vue, à deux heures du soir en sa demeure âgé de 69 ans. Il fut mis avec lui dans sa bière, un poulet rôti, une salade et une bouteille de vin vieux. On l’inhuma dans un petit bâtiment construit au fond de son jardin, et que l’on appelle « la chapelle à Margain ». Il y fut porté au chant de « Malborough s’en va t’en guerre », escorté de gamins du pays qui s’amusaient de cette mascarade. Le curé Donon, réprima ses choristes d’avoir suivi cet odieux cortège. Bien plus tard, un médecin qui habitait cette maison vers 1880, exhuma son squelette et la chapelle fut détruite pendant l’occupation allemande par les propriétaires du moment. Puis le temps a passé… 

AD MargainL'acte de décès de Noël Fidel Margain, registre d'état civil de Vue 
   

Or courant 2016, exactement deux siècles après son inhumation, le nouveau propriétaire a retrouvé la plaque d’ardoise et en la retournant, il a pu lire cette épitaphe : N. F. Margain Célibataire né à Frossay le 17 mai 1749 et décédé à Vue le 9 avril 1816. Après vérification, c’est bien notre individu sauf qu’il y a une erreur de deux ans sur la date de naissance, mais c’est bien notre homme. Comme quoi, des vestiges de l’histoire resurgissent du passé de manière parfois inattendue. Ce qui prouve qu’il faut faire attention à ce qui se trouve dans les greniers, les caves et sous nos pieds… 

Le Courrier du Pays de Retz, vendredi 31 mars 2017
Merci à Philippe qui a communiqué l’article