On ne saurait trop recommander la prudence aux utilisateurs de Wikipédia en particulier pour ce qui touche aux Guerres de Vendée. Les pages consacrées à Lescure, Sapinaud ou Madame Bulkeley en constituent quelques exemples. Encore plus significative, celle de Royrand est fausse du début à la fin. 

WikipediaLa page Wikipédia sur Charles (Aimé) de Royrand, le doyen des généraux vendéens 
   

Tout commence par les prénoms, qui sont ceux du frère cadet du général vendéen. Ce dernier s’appelait en effet Charles Aimé, et non Charles Augustin. Il n’est pas né en 1731, comme l’indique Wikipédia, mais le 14 mars 1726, à Saint-Fulgent (c’est Charles Augustin qui est né le 9 avril 1731, à Montaigu, paroisse Saint-Jean-Baptiste). La date de son décès est fausse elle aussi, puisqu’il n’est pas mort le 5 novembre 1793, mais le 5 décembre de cette année, près de Baugé. Nous en reparlerons très bientôt… 

La source de l’article de Wikipédia – l’inénarrable Révolution française de Jules Michelet – explique ces approximations historiques. Soyons tout de même indulgents, d’autres auteurs, plus sérieux, se sont fait prendre au piège, comme A. D. de La Fontenelle de Vaudoré, dont la notice biographique sur Royrand confond elle aussi les deux frères Charles Aimé et Charles Augustin de Royrand, et fait aussi mourir l’aîné le 5 novembre 1793 (Revue du Bas-Poitou, 1896, 4e livraison, pp. 409-415). 

RoyrandOn trouve très peu d'autographes de Charles Aimé de Royrand sur le site des A.D. 85, si ce n'est cette signature au bas d'une lettre concernant la libération d'un prisonnier en juin 1793.