Très nombreuses dans le Choletais et le Haut-Bocage, les rues vendéennes se font nettement plus rares à mesure qu’on s’approche de la côte. Au Perrier, en plein marais, on n’en trouve qu’une, mais non des moindres : la place Louis de La Rochejaquelein

Louis de La Rochejaquelein

Il est vrai que Le Perrier a été marqué par les événements de 1815, notamment par le combat qui eut lieu aux Mathes, au sud de la commune. Louis de La Rochejaquelein, le commandant en chef des forces royalistes, y trouva la mort le dimanche 4 juin 1815. Inhumée sur place, sa dépouille fut transportée trois jours après au Perrier, dans un coin du cimetière près de l’église, où elle reposa jusqu’au jeudi 8 février 1816. Le corps de Louis de La Rochejaquelein rejoindra alors celui de son aîné, le célèbre « Monsieur Henri » dans le tombeau familial en l’église de Saint-Aubin-de-Baubigné, le mardi 13 février 1816, sous la garde de Vendéens en armes.

Une croix marque toujours l’emplacement de cette sépulture. Le Souvenir Vendéen y a apposé une plaque en mémoire de Louis de La Rochejaquelein, le dimanche 31 août 1947 (Patrick Avrillas, Le panache de Louis de La Rochejaquelein, Revue du Souvenir Vendéen °277, Hiver 2016, pp. 4-20).

La place Louis de La Rochejaquelein borde le côté sud de l’église du Perrier, entre la mairie et la Grande rue.

Lien vers l'Inventaire plaques de rues vendéennes

Le Perrier 1L'église du Perrier et, sur la gauche, le cimetière
et le cénotaphe de Louis de La Rochejaquelein

Le Perrier 2Le cénotaphe de Louis de La Rochejaquelein

Le Perrier 2La plaque du Souvenir Vendéen sur le cénotaphe

Le Perrier 4Le Sacré-Cœur sur la grille du cimetière

Le Perrier 5L'église (côté nord) et le cimetière du Perrier