Le Souvenir Chouan de Bretagne organisait hier sa vingtième commémoration des Noyades de Nantes sous une forme inédite par rapport aux années précédentes : l’hommage aux victimes a en effet été rendu depuis un bateau, au milieu même des flots où les malheureux furent engloutis. 

Souvenir Chouan de Bretagne 6   Au large de l'île de Nantes, la Loire où périrent les victimes de Carrier
   

Jusqu’à présent, la cérémonie d’hommage aux victimes des Noyades de Nantes se déroulait sur le pont Anne de Bretagne, avec un jeté de gerbe de fleurs dans la Loire depuis le sommet du tablier, ce qui rendait l’opération quelque peu délicate. Pour approcher au plus près du fleuve, le Souvenir Chouan de Bretagne proposait cette année d’embarquer à bord d’un bateau, un « Navibus » assurant la liaison entre la capitainerie du port de Nantes et le village de Trentemoult, sur la rive gauche.

Cet itinéraire coïncidait avec le parcours que suivaient les gabarres chargées de prisonniers avant commencer à sombrer à la hauteur de notre lieu de débarquement. La vingtaine de participants s’est massée à l’arrière du bateau pour écouter Noël Stassinet, le président de l’association, évoquer cette page dramatique de la Terreur nantaise, puis pour assister au jeté de gerbe en mémoire des victimes des noyades dans le sillage de notre embarcation. 
   

Souvenir Chouan de Bretagne 1Le rendez-vous à la capitainerie du port de Nantes

Souvenir Chouan de Bretagne 3Le Maillé-Brézé amarré au quai de la Fosse

Souvenir Chouan de Bretagne 4L'exposé de Noël Stassinet sur les Noyades de Nantes

Souvenir Chouan de Bretagne 7La Loire où furent noyées les victimes de Carrier. On voit au loin le pont de Cheviré au pied duquel de nombreux ossements furent remontés par une drague lors des travaux de construction de la pile sud. 

Souvenir Chouan de Bretagne 8Le débarcadère de Trentemoult

Souvenir Chouan de Bretagne 9Sur le quai de Trentemoult…

Souvenir Chouan de Bretagne 10… un ancien village de pêcheur si typique

Souvenir Chouan de Bretagne 11Vue depuis la salle du restaurant

Souvenir Chouan de Bretagne 13Dernier coup d'œil sur Trentemoult avant de repartir à Nantes   

Souvenir Chouan de Bretagne 15La butte Sainte-Anne, étape de la commémoration de 2016
   

Notre groupe a pris terre peu près sur le quai de Trentemoult, charmant village de pêcheur, pour un déjeuner convivial, avant d’emprunter le même itinéraire pour le retour. Nous nous sommes ensuite rendus sur la place Viarme, haut lieu de la mémoire vendéenne à Nantes. Outre une plaque rappelant la blessure mortelle de Cathelineau lors de la bataille du 29 juin 1793, et la croix érigée en souvenir de Charette, déplacée à l’angle de la rue Félibien, on y trouve également, indiqué par des pavés, l’endroit précis où le « Roi de la Vendée » fut exécuté le 29 mars 1796.
   

Souvenir Chouan de Bretagne 17La Croix de Charette

Souvenir Chouan de Bretagne 18Au nord de la place Viarme… 

Souvenir Chouan de Bretagne 19… une plaque commémore la blessure mortelle reçue par Jacques Cathelineau
à la bataille de Nantes (29 juin 1793).

Souvenir Chouan de Bretagne 20Passage devant la plaque de la bataille de Nantes, place Viarme
   

Mathieu de Gruchy

C’est là que nous nous sommes recueillis en mémoire de l’abbé Mathieu de Gruchy, fusillé ici, sur cette même place, il y a 220 ans, le 28 novembre 1797. Noël Stassinet a résumé l’incroyable destin de ce prêtre né dans une famille protestante de Jersey, marin fait prisonnier de guerre, converti au catholicisme et resté en France où il devint menuisier. Il fut remarqué par sa piété alors qu’il installait du mobilier d’église à Saint-Mars-la-Réorthe. Incité au sacerdoce, puis ordonné prêtre en 1787, l’abbé de Gruchy fut vicaire de Soullans, Bois-de-Céné et enfin Beauvoir-sur-Mer. C’est là qu’il refusa de prêter le serment constitutionnel, préférant entrer dans la clandestinité en reprenant son habit et ses outils de menuisier. Il s’exila un temps en Angleterre, mais on le retrouve en Vendée dans les rangs du synode du Poiré en août 1795. La relance des persécutions après le coup d’État de 1797 lui fut fatale. Arrêté à Nantes et jugé sommairement au Bouffay, il fut conduit sur la place Viarme et fusillé par un peloton d’exécution. Cet usage réservé aux militaires fait de ce prêtre martyr un vrai « combattant » de la foi.

Cette commémoration s’est achevée dans la fraîcheur de cette fin d’après-midi par un cidre de l’amitié offert par le Souvenir Chouan de Bretagne

Souvenir Chouan de Bretagne 21Rassemblement à l'endroit où Charette fut exécuté le 29 mars 1796