Après la fouille du « puits des Vendéens » dans le château de Clisson, initiée par le Docteur Coubard en 1961, et la découverte des ossements des victimes du massacre du 8 février 1794, le Souvenir Vendéen organisa une cérémonie afin d’offrir à ces martyrs de la foi une sépulture religieuse. À cette occasion, un Livre d’Or de Clisson fut publié. 

ClissonLa plaque inaugurée en 1961 dans l'église Notre-Dame de Clisson
   

Ce martyrologe s’ouvre avec les noms des huits prêtres du territoire de Clisson, confesseurs de la foi :

  • Jean BRAUD, 71 ans, né le 24 décembre 1722 aux Ajoncs de Gorges, fils de Pierre Braud et Jeanne Douillard, vicaire perpétuel à la collégiale Notre-Dame, brûlé vif dans l’incendie de sa maison le 22 septembre 1793.
  • François FORGET, 68 ans, né le 23 avril 1725 à Clisson, paroisse de la Madeleine, fils de François Forget de Beaulieu et Marie Anne Grazon, religieux récollet, noyé en Loire le 17 novembre 1793. 
  • Pierre GOGUÉ, 38 ans, curé de Saint-Jacques de Clisson, fusillé à Savenay le 24 décembre 1793. 
  • Pierre HALLOUIN de La PÉNISSIÈRE, 66 ans, doyen de la collégiale Notre-Dame de Clisson, mort dans la prison des Saintes-Claires de Nantes le 30 octobre 1793. 
  • Augustin LESAYEUX, 68 ans, chanoine à la collégiale Notre-Dame de Clisson, noyé en Loire le 17 novembre 1793. 
  • Guillaume LOQUET, 58 ans, chanoine à la collégiale Notre-Dame de Clisson, noyé en Loire le 17 novembre 1793. 
  • Pierre MONGIS, 62 ans, chanoine à la collégiale Notre-Dame de Clisson, conduit de Clisson à Nantes attaché à la queue d’un cheval, noyé en Loire le 17 novembre 1793. 
  • Joseph NOUEL de KERBODEC, 66 ans, chanoine à la collégiale Notre-Dame de Clisson, noyé en Loire le 17 novembre 1793. 
       

Souvenir Vendeen Clisson Chapelle du PrieureLa plaque du Souvenir Vendéen dans la chapelle du Prieuré
avec les noms des 18 victimes du massacre du 8 février 1794
            

La seconde partie du martyrologe énumère par ordre alphabétique les noms identifiés d’une centaine d’habitants de Clisson mis à morts en haine de la foi en 1793 ou 1794 (avec quelques compléments généalogiques) :

  • Joseph AGUESSE, époux de Marie Albert, « tué par l’armée républicaine dans la Bretagne ». 
  • Jean ALBERT, 24 ans, berger, condamné à mort par la commission militaire Lenoir à Nantes et fusillé le 25 décembre 1793. 
  • Joseph ALBERT, 39 ans, époux de Jeanne Fonteneau, tué par l’armée républicaine à Montigné le 18 septembre 1793.
  • Nicolas AUBIN, 75 ans, époux de Jeanne Bahuaud, cultivateur à la Cornulière, tué par l’armée républicaine le 24 février 1794. 
  • Renée AUBRIAIN, 75 ans, célibataire, domiciliée au faubourg Saint-Jacques, tuée par l’armée républicaine le 17 mars 1794 : brûlée vive dans sa maison par la troupe commandée par le général Cordelier et enterrée le 26 du même mois dans le cimetière Saint-Jacques. 
  • Françoise BAHUAUD, veuve de Mathurin Ripoche, tuée par l’armée républicaine dans les Grandes-Noues, près le Perray, commune du Pallet, le 8 mars 1794, et enterrée au même endroit. 
  • Mathurin BAHUAUD, 50 ans, né le 29 octobre 1742 à Gorges, fils de René Bahuaud et Jacquette Lesimple, marié le 11 février 1774 à Gorges avec Jeanne Monnier/Monnoir, tué par l’armée républicaine dans la pièce du Champ (?) (Préveau) le 15 février 1794, et enterrée dans le cimetière de Saint-Crespin. 
  • Charles BERTI, plâtier, domicilié à Clisson, condamné à mort par le tribunal révolutionnaire de Nantes le 5 novembre 1793 comme commandant des rebelles. 
  • Perrine BLANLŒIL, 64 ans, veuve de J. Blanlœil qu’elle avait épousé le 6 février 1750 à Gorges, domiciliée à la Dourie, tuée par l’armée républicaine dans sa demeure le 6 février 1794, enterrée dans le cimetière de Saint-Crespin. 
  • Laurent BONHOMME, fils de Pierre Bonhomme et Marguerite Brosset, marié le 30 juin 1761 à Gorges avec Catherine Brunelière, tué par l’armée républicaine dans le Clos du Boudonneau, à Gorges, le 28 octobre 1794, enterré au même endroit. 
  • Pierre BONHOMME, 51 ans, marié le 6 février 1776 à Clisson avec Perrine Brevet, paroisse Saint-Jacques, meunier. Le dossier de pension de sa veuve (A.D. 49, 1 M 9/86) indique de Pierre Bonhomme, journalier à Clisson, passa la Loire « avec l’armée sous le commandement du général feu M. le marquis de La Rochejacquelein et qu’au siège de la ville d’Angers, qui eut lieu en décembre 1793 (les 3 et 4 décembre), il fut atteint d’une balle par une fenêtre en tiraillant sur les remparts de ladite ville d’Angers ». 
  • Jean BOSSARD, né le 9 décembre 1748 à Gorges, fils de Jean Bossard et Marguerite Mesnard, marié le 8 février 1779 à Gorges avec Renée Bossard, cultivateur au Liveau, tué par l’armée républicaine au village de la Giraudière le 3 avril 1794, enterré au même endroit. 
  • François BOUCHAUD, 74 ans, fils de François Bouchaud et Renée Litoust, veuf de Marie Duret, domicilié à la Madeleine, tué par l’armée républicaine à sa porte le 4 avril 1794, enterré le lendemain dans le cimetière de la Madeleine. 
  • Georgine BOUROUETTE, 60 ans, veuve de Julien Lesimple, cultivateur au Perthuis-Foulques, tuée par l’armée républicaine près du calvaire de Clisson, entre la Madeleine et le faubourg Saint-Jacques, enterrée dans le jardin du citoyen Douillard. 
  • Marie BRIDONNEAU, 50 ans, épouse de Mathurin Salaud, tuée par l’armée républicaine le 18 mars 1794.
  • Maurice BROCHARD, 23 ans, jardinier de M. de Rorthays, condamné à mort par le tribunal révolutionnaire de Nantes et fusillé le 7 avril 1794. 
  • Jacques BRUNELIÈRE, 39 ans, époux de Jeanne Baron, tué par l’armée républicaine le 12 mars 1794. 
  • François CHAPRON, 40 ans, époux de Marie BONHOMME, domicilié au Perthuis-Foulques, tué par l’armée républicaine le 20 mars 1794. 
  • René CHEVAY, 66 ans, tué par l’armée républicaine au village du Petit Bois-Pallet, autrement dit la Levraudière, commune de Mouzillon, le 15 février 1794, enterré à Saint-Crespin.
  • Jean CHIRON, né le 10 septembre 1749 à Saint-Lumine-de-Clisson, fils de Jacques Chiron et Françoise Mainguet, marié le 23 novembre 1773 à Saint-Lumine-de-Clisson avec Perrine Salmon, domicilié à Saint-Jacques, tué par l’armée républicaine dans la maison, vis-à-vis de la foire aux vaches, le 10 février 1794, enterré le lendemain à Saint-Jacques. 
  • Jeanne CHOLLET, née le 4 mai 1730 à la Brebionnière de Gorges, veuve de Jean Salmon, cultivatrice aux Forges, tuée par l’armée républicaine dans le chemin du vieux pont du Chaintreau le 16 mars 1794, enterrée au même endroit. 
  • Louise CHOLLET, 70 ans, mariée le 20 janvier 1756 à Gorges avec Louis Lesimple, cultivatrice à la Brébionnière, tuée par l’armée républicaine dans la maison le 15 mars 1794, enterrée dans le pré de la Planche. 
  • Julien CHOBLET, 78 ans, fils de Jean Choblet et Michelle Ripoche, marié le 26 février 1753 à Gorges avec Marie Boutin, tué par l’armée républicaine le 20 octobre 1793. 
  • Thérèse CHUPIN, 72 ans, épouse de Pierre Guérin, domiciliée à la Dourie, tuée par l’armée républicaine dans le pré de la Fontaine, près de la Sacondière, le 15 février 1794, enterrée dans le cimetière de Saint-Crespin. 
  • Pierre DOUILLARD père, 56 ans, condamné à mort par la commission Bignon à Nantes comme geôlier des prisonniers républicains et fusillé le 6 janvier 1794. 
  • Pierre DOUILLARD fils, 28 ans, condamné à mort par la commission Bignon à Nantes comme geôlier des prisonniers républicains et fusillé le 6 janvier 1794. 
  • Marguerite DOURNEAU, née le 26 avril 1751 à Mouzillon, fille de René Dourneau et Renée Dugast, mariée le 8 février 1779 à Mouzillon avec Jean Martin, cultivatrice à la Dourie, tuée par l’armée républicaine en sa demeure le 6 février 1794, enterrée le lendemain au cimetière de Saint-Crespin. 
  • Marie DRONNEAU, 58 ans, mariée le 4 septembre 1753 à Cugand avec Mathurin Drouet, domiciliée à Saint-Gilles, tuée par l’armée républicaine à la Madeleine le 24 mars 1794, enterrée dans le cimetière de la Madeleine. 
  • Julien DROUET, 17 ans, fusillé au Mans en mai 1794. 
  • Mathurin DROUET, 60 ans, marié le 4 septembre 1753 à Cugand avec Marie Dronneau, domicilié à Saint-Gilles, tué par l’armée républicaine à la Madeleine le 24 mars 1794, enterrée dans le cimetière de la Madeleine. 
  • Jeanne DUPONT, 31 ans, épouse Léchappé, domiciliée à la Brébionnière de Gorges, tuée par l’armée républicaine à la Chaloire, commune de Saint-Crespin, le 15 mars 1794, enterrée dans le cimetière de Saint-Crespin. 
  • Marguerite DURAND, 48 ans, mariée à Charles Guilloton le 26 juin 1776 à Gétigné, tuée par l’armée républicaine le 30 décembre 1794. 
  • Gabriel DURAND, 50 ans, berger, condamné à mort par la commision Lenoir et fusillé à Paimbœuf le 5 avril 1794.
  • François ÉMEREAU, épouse de François Esseau (?), domicilié à la Madeleine, tué par l’armée républicaine sur le coteau de Moguernit (?) le 12 mars 1794, enterré au même endroit. 
  • Jacques DAVAUD, 50 ans, domicilié à la Dourie, tué par l’armée républicaine sur la commune de Montfaucon, près de la ville, le 26 mars 1794. 
  • Jacques DAVAUD, 77 ans, époux de Louise Delhommeau, cultivateur à la Brébionnière, tué par l’armée républicaine dans le fief du Meslier, enterré au même endroit. 
  • Jacques DELHOMMEAU, 56 ans, époux de Marguerite Dugast, tonnelier, tué par l’armée républicaine le 10 décembre 1794. 
  • Renée François DELHOMMEAU, mariée le 9 août 1774 à Saint-Jacques de Clisson avec Jean Blanlœil, domiciliée à Saint-Jacques, tuée par l’armée républicaine le 27 janvier 1794, enterrée dans le cimetière de la Trinité. 
  • Jeanne DEMAIN, 75 ans, veuve de Jacques Braud, domiciliée au Perthuis-Foulques, tuée par l’armée républicaine dans sa demeure le 11 mars 1794, enterrée dans l’Ouche de la Vinsonnière, près dudit village. 
  • Pierre DENIAUD, né le 25 mars 1728 à Mouzillon, fils de Pierre Deniaud et Perrine Émeriau, marié le 8 août 1752 à Mouzillon avec Renée Belliard, domiciliée à Saint-Jacques, tué par l’armée républicaine le 21 mai 1794. 
  • Marie DOUILLARD, 42 ans, mariée le 5 février 1765 à Clisson avec Julien Loiret, cultivatrice à Bournigal, tuée par l’armée républicaine dans le pré de la Basse-Grange, commune de Saint-Hilaire-de-Clisson, le 15 mars 1794, enterrée dans ledit pré. 
  • Jeanne DOUILLARD, 40 ans, veuve de Jean Merlet, tuée par l’armée républicaine le 16 mars 1794, enterrée dans le cimetière de la Trinité. 
  • Pierre DOUILLARD, 56 ans, condamné à mort par la commission Bignon et fusillé à Nantes le 6 janvier 1794. 
  • François FONTENEAU, époux de Jeanne Chardonneau, domicilié à la Proutière, tué par l’armée républicaine au Petit-Pain, commune de Cugand le 25 février 1794, enterré la nuit suivante au cimetière de Cugand. 
  • Mathurin FONTENEAU, époux de Juliette Dutemple, horloger, « a été pris au bourg d’Antrain par les républicains, et il est à présumé qu’il a été tué par eux ». 
  • René FONTENEAU, 29 ans, veuf de Jeanne Bertrand, domicilié à la Giraudière, tué par l’armée républicaine à la Basellerie, commune de Mouzillon, le 28 octobre 1793, enterré au même endroit. 
  • Anne FORGET, 60 ans, dite « la Bonne Vue », tuée par l’armée républicaine dans la rue Saint-Jacques le 8 mars 1794, enterrée dans le cimetière Saint-Jacques. 
  • Mathurin GAILLARD, 40 ans, époux de Marie Barreau, tué par l’armée républicaineau Perthuis-Foulques le 25 mars 1794, enterré à Gorges. 
  • François GAUTREAU, 61 ans, époux de Françoise Chesneau, cultivateur, tué par l’armée républicaine dans la pièce de la Bourdonnière le 25 mars 1794, enterré dans ladite pièce. 
  • Jean GIRON, 61 ans, époux de Jeanne Pasquereau, cultivateur à la Brébionnière, tué par l’armée républicaine dans le grand chemin de Nantes à Clisson le 11 mars 1794, enterré le même jour au cimetière de la Trinité. 
  • Marie GIRON, épouse de Pierre Levron, maçon, tué par l’armée républicaine à Clisson le 8 mars 1794 (On trouve aussi la trace d’une Marie Jeanne Giron, épouse de Pierre Lesimple, « tuée au Bochard pendant les troubles » le 25 janvier 1795). 
  • Marie GODARD, 33 ans, épouse de Jean Lussaud, cultivatrice au Liveau, tuée par l’armée républicaine le 20 avril 1794, sur la grande route de Nantes, tenant sa fille Marie (3 ans) par la main (voir : Marie Lussaud), enterrée dans le clos de la Bourdonnière, et vis-à-vis où elle a été tuée. 
  • Pierre GOHIER, 38 ans, prêtre, fait prisonnier à Savenay, condamné à mort par la commission militaire et exécuté le 24 décembre 1793. 
  • François GOURAUD, né à Gorges, fils de Jean Gouraud et Marie Barbay, marié à Gorges le 21 janvier 1761 avec Marie Blanlœil, cultivateur au Sauzay, tué par l’armée républicaine dans le chemin du Bois-? (Encille) le 6 février 1794, enterré à Saint-Crespin. 
  • Marie GRAVOIL, 9 ans, fille de P. Gravoil et M. Barreau, tuée par l’armée républicaine au Perthuis-Foulques le 25 mars 1794, enterrée à Gorges. 
  • Marie GRÉGOIRE, née le 7 mars 1738 à l’Aiguillette de Mouzillon, fille de Mathurin Grégoire et Françoise Tinguy, mariée le 11 janvier 1757 à Gorges avec René Mabit, domiciliée à l’Épinais, tuée par l’armée républicaine en sa demeure le 29 septembre 1794, enterrée dans son jardin. 
  • Jacques GRÉGOIRE, né le 23 janvier 1736 à Gorges, fils de Jacques Grégoire et Renée Rineau, veuf de Jeanne Paviot qu’il avait épousé le 17 février 1756 à Gorges, cultivateur au Guineau (?), tué par l’armée républicaine près du village de la Giraudière, dans le clos du Mortier, le 15 novembre 1793, enterré au même endroit. 
  • Louis GRENOUILLEAU, 23 ans, fait prisonnier à Savenay, condamné à mort par la commission Bignon et fusillé à Nantes le 2 janvier 1794.
  • Rose GUIGUET, 19 ans, faite prisonnière à Savenay, condamnée à mort par la commission Bignon et fusillé à Nantes le 8 janvier 1794.
  • Françoise GUILBAUD, 79 ans, veuve d’Augustin Oger, cultivateur au Perthuis-Foulques, tuée par l’armée républicaine dans un clos de vigne appelé « les Rouettes » le 11 mars 1794, enterrée au même endroit. 
  • Marguerite JARRY, née le 9 juin 1755 à Saint-Gilles de Clisson, fille de Pierre Jarry et Urbaine Thavet, veuve de François Dobigeon qu’elle avait épousé le 1er juin 1778 à Saint-Gilles, domiciliée à Saint-Gilles, tuée par l’armée républicaine à Saint-Gilles, près de sa porte, le 25 mars 1794, enterrée trois jours après dans son jardin. 
  • (Enfant) LÉCHAPPÉ, 3 ou 4 ans, fille de Louis Léchappé et Marie Barreau, tuée par l’armée républicaine au Perthuis-Foulques le 25 mars 1794, enterrée à Gorges. 
  • Louis LÉCHAPPÉ, époux de Marie Barreau, charpentier, tué par l’armée républicaine au Perthuis-Foulques le 25 mars 1794, enterré à Gorges. 
  • Jean LÉCHAPPÉ, époux de Marie Garnier (?), cultivateur à la Giraudière, tué par l’armée républicaine au d’Anon ou d’Arlon le 8 mai 1794, enterré au même endroit. 
  • François LÉCHAPPÉ, 50 ans, époux de François Baron, domicilié à la Cornulière, tué par l’armée républicaine le 10 mars 1793. 
  • Théodore Jacques LEGGE, 42 ans, ex-receveur des droits, condamné à mort par le tribunal révolutionnaire de Nantes comme membre du comité royaliste de Clisson et fusillé le 12 novembre 1793. 
  • Julien LESIMPLE, 78 ans, cultivateur au Perthuis-Foulques, tué par l’armée républicaine en sa demeure le 11 mars 1794, enterré dans une pièce de terre nommé « l’Ouche de la Vinsonnière », près du village.
  • Pierre LESIMPLE, 52 ans, époux de Marie Nouet, tué par l’armée républicaine aux Landes, commune du Pallet, le 24 septembre 1793. 
  • Marguerite LIMOUSIN, née le 8 mai 1762 à Gétigné, fille de René Limousin et Marie Dabin, mariée le 26 janvier 1780 à Gétigné avec Jacques Blanlœil, domiciliée à la Dourie, tuée par l’armée républicaine à la Chaloire, commune de Saint-Crespin, dans un canton du jardin nommé « la Fontaine » le 15 février 1794, enterrée au cimetière de Saint-Crespin. 
  • Renée LIMOUSIN,  40 ans, épouse de Jean Bahuaud, cultivateur à la Dourie, tuée par l’armée républicaine à la Chaloire, commune de Saint-Crespin, dans un jardin nommé « la Fontaine » le 15 février 1794, enterrée au cimetière de Saint-Crespin. 
  • Jeanne LOIRET, 58 ans, tuée par l’armée républicaine le 18 mars 1794.
  • Pierre LOIRET, né le 20 janvier 1750 à Gorges, fils de Jean Loiret et Marie Piffeteau, marié le 16 novembre 1779 à Gorges avec Perrine Levron, domicilié à la Herse, tué par l’armée républicaine dans la vigne des Plantes le 15 février 1794. 
  • Julien LOIRET, né le 21 avril 1732 à Gorges, fils de Jacques Loiret et Jeanne Piou, marié le 16 février 1762 à Mouzillon avec Marie Martin, domicilié à la Huvenière, tué par l’armée républicaine le 9 mars 1794, enterré à Mouzillon. 
  • François LUNEAU, époux de Marie Loiret, cultivateur aux Forges, tué par l’armée républicaine dans le petit Fief près du village des Belliards, enterré dans le cimetière de Mouzillon.
  • François LUNEAU, veuf de Jeanne Augereau, domicilié à la Madeleine, tué par l’armée républicaine au Petit-Pain, commune de Cugand, le 25 février 1794, enterré la nuit suivante au cimetière de Cugand. 
  • Julienne LUNEAU, 40 ans, épouse de François Bonteneau, cultivateur à la Pinoterie, morte le 1er novembre 1793 à la suite d’un coup de fusil qu’elle avait reçu de la troupe républicaine huit jours auparavant, enterrée au cimetière de Gorges. 
  • Marie LUSSAUD, 3 ou 4 ans, fille de Jean Lussaud et Marie Godard (voir ce nom), tuée tuée le 20 avril 1794 avec sa mère sur la grande route de Nantes, enterrée dans le clos de la Bourdonnière. 
  • René MABIT, né le 9 février 1736 à Bournigal de Gorges, marié le 11 février 1757 à Gorges avec Marie Grégoire, cultivateur à l’Épinais, tué par l’armée républicaine sur le grand chemin de Nantes à Clisson le 20 septembre 1794, enterré au cimetière de la Trinité. 
  • Jean MABIT, 30 ans, cultivateur à l’Épinais, tué par l’armée républicaine dans le clos de vigne du Pâtis (?) le 3 octobre 1793, enterré le lendemain au cimetière de Mouzillon. 
  • Jean MAGDELEINEAU, 82 ans, domicilié à la Giraudière, tué par l’armée républicaine dans les jardins de la Giraudière le 14 mars 1794, enterré dans le cimetière de Gorges. 
  • Élisabeth MAINGUET, 70 ans, veuve de Pierre Godard, brûlée vive et morte dans sa maison incendiée par la troupe républicaine le 20 avril 1794. 
  • Jean MARTIN, 32 ans, époux de Marguerite Lussaud, cultivateur aux Belliards, présumé tué à Savenay par la troupe républicaine. 
  • Julien MARTIN, 50 ans, époux de Marie Pinloquet, cultivateur à la Giraudière, tué par l’armée républicaine dans la pièce des Noues, près du village de la Giraudière, le 13 octobre 1793, enterré au même endroit. 
  • Marie MARTIN, 50 ans, épouse de Julien Loiret (voir ce nom), cultivateur à la Huvenière, tuée par l’armée républicaine le 9 mars 1794, enterrée à Mouzillon. 
  • Jacques MÉRAND, 26 ans, domicilié à Saint-Jacques, condamné à mort par la commission Bignon et fusillé à Nantes le 31 décembre 1793. 
  • Pierre MESNARD, 41 ans, époux de Jeanne Luneau, cultivateur à la Censive, tué par l’armée républicaine dans les garennes de la Sébinière, commune du Pallet, le 24 octobre 1793, enterré au même endroit. 
  • Marie PHILBERT, épouse de Mathurin Richard, tisserand à la Madeleine, tuée par l’armée républicaine d’un coup de sabre dans le carrefour de la Madeleine, près du cimetière, le 21 avril 1794, enterrée dans le cimetière. 
  • François PIFFETEAU, 46 ans, époux de Juliette Robin, tué par l’armée républicaine au village de la Proutière le 26 octobre 1793. 
  • François RENAUDIN, 31 ans, époux de Renée Lussaud, tué par l’armée républicaine au village de la Herse le 28 février 1794. 
  • René PINEAU, 53 ans, cultivateur à la Censive, tué par l’armée républicaine dans les garennes de la Sébinière, commune du Pallet, le 24 octobre 1793, enterré au même endroit.
  • Marie ROBERT, mariée en 1790 avec Julien Louis Monnier, tuée par l’armée républicaine à coup de fusil sur le penchant (?) du Nid-d’Oie près de la Fontaine du Pommier, le 10 février 1794, enterrée au cimetière de la Trinité. Elle aurait eu trois enfants : Julie (née en 1792), Louis (né en 1793) et un bébé tué par les soldats républicains en février 1794. Son mari se remariera en 1795 dans la chapelle du château de la Périnière avec Rosalie Dabin. 
  • Marie ROBET, 50 ans, épouse de Mathurin Batard, cultivateur, tuée par l’armée républicaine le 8 février 1794. 
  • Jacques ROBINOT, 31 ans, fait prisonnier à Savenay, condamné à mort par la commission Bignon et fusillé à Nantes le 6 janvier 1794.
  • Louis Augustin de RORTHAYS, 75 ans, fils de Gabriel René de Rorthays et Marie Thérèse Charlotte de La Touche Limouzinière, marié le 17 juin 1747 à Clisson avec Marie Marguerite Hallouin, « ci-devant noble » domicilié à Beaupréau et Clisson, condamné à mort par le tribunal révolutionnaire de Nantes et guillotiné sur la place du Bouffay le 6 avril 1794. 
  • Marie Augustine de RORTHAYS, née le 1er mars 1750 à Clisson, fille de Louis Augustin de Rorthays et Marie Marguerite Hallouin, mariée le 2 août 1773 à Clisson avec Louis Gabriel Le Maignan, « ci-devant noble » domiciliée à Clisson, condamnée à mort par le tribunal révolutionnaire de Nantes pour avoir logé et nourri des brigands, guillotinée sur la place du Bouffay le 8 avril 1794. 
  • Jacques SALMON, 28 ans, garçon aux Forges, tué par l’armée républicaine dans les Landes de la Giraudière le 20 octobre 1793, enterré à Gorges.
  • Mathurin SALAUD, 65 ans, époux de Marie Bridonneau, tué par l’armée républicaine dans la commune de Gorges le 10 février 1794. 
  • François TAINGUY, époux de Perrine Bavot, domicilié à la Pénestrie, tué par l’armée républicaine dans le grand chemin de Nantes à Clisson le 13 avril 1794, enterré dans le clos du Bourdonneau, a laissé cinq enfants. 
  • M. de VIEUX, officier vendéen, domicilié au Pin-Sauvage, guillotiné à Angers en 1794. 
  • M. le chevalier de VIEUX, officier vendéen, domicilié au Pin-Sauvage, fusillé au Mans en décembre 1793. 

À ces noms s'ajoutent ceux des 18 victimes du massacre du 8 février 1794, présentés ici. Nous en sauront plus à leur sujet dans quelque temps…