Le musée Cathelineau du Pin-en-Mauges a reçu en dépôt, du musée d'Histoire locale et des Guerres de Vendée de Saint-Florent-le-Vieil, actuellement en travaux, quelques objets souvenirs autour du personnage ou de la vie du célèbre général en chef, né au Pin-en-Mauges.

Musee CathelineauMichel Joncheray (à gauche) et Daniel Lusson, président et vice-président de l'association Patrimoine et culture, présentent quelques pièces prêtées par le musée de Saint-Florent-Le-Vieil (photo Le Courrier de l'Ouest) 
   

Les membres de l'association Patrimoine et culture (Apec) ont donc choisi quelques tableaux, lithographies et objets, qui vont être exposés pour quelque temps parmi la collection habituelle du musée local.

Une complémentarité historique

En effet, il existe depuis longtemps une complémentarité historique entre les deux cités. Saint-Florent-le-Vieil fut le lieu de l'étincelle qui donna le signal du soulèvement, au moment du tirage au sort pour la conscription, le 12 mars 1793. Le lendemain matin, Cathelineau partait du Pin-en-Mauges, prémices d'une révolte générale dans toute la région. Mais, quelques jours plus tard, après la bataille de Nantes en juin, et après avoir été nommé généralissime, il mourut à Saint-Florent-le-Vieil, le 14 juillet 1793.

Aujourd'hui, Cathelineau est enfant des deux cités, puisqu'il repose en partie dans la chapelle florentaise du même nom, mais également dans un mausolée érigé au Pin-en-Mauges, en 1986, où une partie de ses ossements fut alors transférée.

Les vitraux de l'église du Pin-en-Mauges, à la manière d'une bande dessinée, restituent par ailleurs toute l'histoire des Guerres de Vendée, et notamment l'histoire de Cathelineau.

Un accès facilité et complémentaire aux vitraux

Le musée, quant à lui, est devenu au fil des années un lieu de souvenir et de pèlerinage. C'est également un passage obligé pour les historiens et tous ceux qui veulent mieux comprendre cette insurrection.

Les membres de l'Apec, soucieux de la conservation et de la mise en valeur de cet héritage historique, assurent les permanences et les visites. Ils souhaiteraient proposer un accès facilité et complémentaire aux vitraux. Des éléments présentés ont aussi besoin d'être restaurés ou préservés.

L'association s'interroge donc, avec les élus de la commune déléguée, sur les possibilités d'une meilleure présentation des collections et d'accueil du public. La visite du musée est gratuite, renseignements en mairie. 
   

Source : Le Courrier de l’Ouest, édition de Cholet, 15 février 2018