À l'occasion des cent ans de la naissance d’Alexandre Soljenitsyne, ce mercredi 28 novembre, ainsi que des dix ans de sa mort, Philippe de Villiers, qui avait invité l'écrivain et dissident russe à inaugurer le Mémorial des Lucs-sur-Boulogne le 25 septembre 1993, pour le Bicentenaire du soulèvement vendéen, évoque sa mémoire sur RCF Vendée, au micro de Thomas Cauchebrais. 

Rue Alexandre SoljenitsyneLa rue Alexandre Soljenitsyne aux Lucs-sur-Boulogne
   

Ce mercredi 28 novembre 2018, il y a cent ans jour pour jour que naissait l’immense écrivain russe Alexandre Soljenitsyne, né le jeudi 28 novembre 1918 dans le Nord-Caucase, décédé le dimanche 3 août 2008 à Moscou. C’est donc un double anniversaire que nous célébrons cette année.

La Vendée possède un lien très fort avec Alexandre Soljenitsyne. Tout comme elle, il sera partisan dans sa jeunesse des réformes mises en place par le régime politique de son pays, mais jusqu’à un certain point. Il critiquera les erreurs et les dérives totalitaires de Staline, ce qui l’amènera tout droit au Goulag. Un combat commun pour la liberté, qui ne passera pas par les armes, mais par la plume. 

Ce lien très fort avec la Vendée va se nouer le 25 septembre 1993, lors des commémorations du Bicentenaire du soulèvement vendéen. Invité par Philippe de Villiers, alors président du Conseil général, Alexandre Soljenitsyne prononcera un discours qui fera date en Vendée et dont le texte est disponible ici en français et en russe. 

Pour en parler, Thomas Cauchebrais a reçu Philippe de Villiers sur RCF Vendée, dans son émission qui peut être réécoutée ici :