Une statue de la Vierge, érigée près de l’église de Saint-Colomban (Loire-Atlantique), porte sur son piédestal trois plaques métalliques sur laquelle on peut lire les noms identifiés de 141 habitants de la paroisse tués pendant les Guerres de Vendée. On mesure difficilement, à la vue de ces listes, tous les malheurs qu’elles recèlent. 

Saint-Colomban 3Détail du martyrologe de Saint-Colomban (plaque centrale)
141 noms nous sont parvenus, dont 40 enfants âgés de 1 à 14 ans.

   

Inauguré en 1994, ce martyrologe de Saint-Colomban (1) n’égrène en effet que les noms et prénoms des victimes de la Révolution. Comment deviner qu’il y a là des familles entières, pratiquement décimées par les Bleus. 

Prenons l’exemple des Deniaud, sur la plaque centrale (illustration ci-dessous). On lit : « Marie-Anne, Pierre, Marguerite, Jeanne et Madeleine ». Qui étaient-ils ?

Saint-Colomban 2Les trois plaques du martyrologe, avec les noms des membres de la famille Deniaud massacrés le 10 février 1794 (encadrés en rouge)
   

Ces cinq prénoms étaient ceux des enfants de Pierre Deniaud et Marie-Anne Gendronneau, qui se marièrent à Saint-Colomban le 12 février 1781. Le nom de Marie-Anne Gendronneau figure sur le côté droit du monument ; elle fut tuée par la colonne infernale de Duquesnoy à l’âge de 40 ans (2) le 10 février 1794, avec cinq de ses enfants. 

Le couple eut six enfants : 

  • Victoire-Marie, née le 8 janvier 1782 « au Petit Pont James » (3) ; elle sera la seule survivante des enfants Deniaud, puisqu’on trouve son acte de décès à la date du 26 janvier 1845 à Saint-Colomban (elle eut d’ailleurs une postérité). 
  • Marie-Anne, née le 24 octobre 1783 à Saint-Colomban, tuée par les Bleus à l’âge de 11 ans le 10 février 1794.
  • Pierre, né le 5 décembre 1786 à Saint-Colombantué par les Bleus à l’âge de 7 ans le 10 février 1794.
  • Marguerite, née le 11 janvier 1789 à Saint-Colomban, tuée par les Bleus à l’âge de 5 ans le 10 février 1794. 
  • Jeanne, tuée par les Bleus à l’âge de 3 ans et demi le 10 février 1794.
  • Madeleine, tuée par les Bleus à l’âge de 1 an le 10 février 1794. 

L’absence de registre paroissial après 1789 ne permet pas de retrouver les actes de baptême des deux derniers enfants Deniaud. Ceux de Marie-Anne, Pierre et Marguerite sont reproduits au bas de l'article. 

Saint-Colomban 1Le monument du martyrologe de Saint-Colomban
   

D’autres familles colombanaises ont connu un sort semblable, comme les Boueziaud, dont la petite Anne n’avait que 18 mois quand elle a péri de la main des Bleus le 10 février 1794 ; les Pichaud (Henriette avait 5 ans) ; les Gouy (Adélaïde et Madeleine avaient 4 ans) ; les Landas (Julien avait 4 ans, Jean et Marie seulement 14 mois) ; les Ogée (François avait 7 ans, Arlette 5 ans) ; les Soret (Gabrielle avait 8 ans, Marie 2 ans) ; les Ériaud (Jeanne avait 6 ans, Julie 3 ans) ; ou encore les Thibaud (Marie avait 5 ans, Anne 4 ans).

Nous n’avons, hélas, aucun visage à mettre sur ces noms, mais leurs âges traduisent toute l’horreur que Saint-Colomban, comme tant d’autres paroisses, a eue à subir sous la Révolution. 
   


Notes :

  1. Ce martyrologe a fait l’objet d’une opération de nettoyage en février 2018. La façade de l'église porte également une plaque du Souvenir Vendéen. À noter que la paroisse portait à l'époque le nom de « Saint-Colombin ». 
  2. Elle a été baptisée le 8 mars 1753 à Saint-Colomban. 
  3. Le village Pont-James, en Saint-Colomban, est à cette époque composé du hameau de Noyers sur la rive gauche de la Boulogne, du Petit et du Grand-Pont-James sur la rive droite. La famille Deniaud, qui habitait à Pont-James en 1794, s'est trouvée aux premières loges lors du combat qui opposa la colonne de Duquesnoy aux combattants vendéens et Charette et Sapinaud, le 10 février 1794. 
       

Actes de baptêmes des enfants martyrs de la famille Deniaud (noté Denieau) :

AB Marie Anne DeniaudMarie-Anne Deniaud

AB Pierre DeniaudPierre Deniaud

AB Marguerite DeniaudMarguerite Deniaud


Déclaration du décès de Marie-Anne et Pierre Deniaud (noté Deniau) dans la reconstitution des registres détruits, 1793-an VIII :

Registre deces