En flânant dans le cœur historique de Cholet, autour de l’église Notre-Dame, on remarque çà et là des pierres millésimées datant plusieurs maisons des années 1780-1790. L’une d’elles se distingue cependant, puisqu’elle se réfère au calendrier républicain. 

TV MM AN 10 1Le linteau millésimé de l'an 10
    

La maison située au n°14 de la rue Jean-Paul II, ancienne rue du Commerce, arbore en effet sur le linteau de la fenêtre au centre du premier étage, une mystérieuse inscription : à gauche, les initiales « TV » et « MM » séparées par deux cœurs entrelacés ; à droite, « AN 10 ». 
   

TV MM AN 10Le n°14 de la rue Jean-Paul II
   

Si « l’an 10 » renvoie vraisemblablement à la construction de la maison en 1801-1802, les initiales sont liées depuis plus longtemps : « TV » désigne Jean-Tristan Vinet (1769-1811) et « MM » Marie-Madeleine Maugin (1759-1822), qui se sont mariés à Trémentines le mardi 3 mai 1791. 

AM VinetLe double mariage des enfants Vinet
(A.D. 49, état civil de Trémentines, 
BMS 1781-1791, vue 121/131)
   

Ce jour-là, Pierre-François Vinet, marchand-drapier originaire de Saint-André-Treize-Voies (1), mariait non seulement son fils Jean-Tristan avec Marie-Madeleine Maugin (fille de Georges Maugin, riche marchand de Trémentines), mais aussi sa fille Modeste-Marie-Charlotte avec Mathurin-François Benoist (fils d’un marchand de Saint-Lambert-du-Lattay). On note que les familles, ainsi que les témoins de ce double mariage, appartiennent au milieu du négoce qui, à quelques exceptions près, a pris ouvertement le parti de la Révolution. 

Jean-Tristan Vinet s’enfuira au moment de l’insurrection de mars 1793. Il rentrera quelques mois plus tard, dans les fourgons de l’armée républicaine, et sera nommé commissaire du district de Cholet auprès la commune de Trémentines le 29 octobre 1793. 

Les affaires du couple (2) dans le textile choletais connaîtront une belle prospérité sous la Révolution, mais péricliteront quelques années après le décès de Jean-Tristan à Rochefort, 18 novembre 1811 (3). 

AD Tristan VinetL'acte de décès de Tristan Vinet, « négociant fabriquant domicilié à Chollet »
(A.D. 17 état civil de Rochefort, Décès 1811, vue 368/505)
   


Notes :

  1. Il s’était établi à Trémentines à la faveur de son mariage avec Catherine Richard, le 4 juillet 1763. 
  2. Ils ont eu quatre enfants Madeleine (1792-1872), Tristan (1793-1833), Auguste (1795-1877) et Aimé (1796-1847). 
  3. Jean-Joseph Chevalier, Du mouchoir de Cholet au négoce mexicain, trois tentatives d’ascension sociale au temps de la révolution industrielle, Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 1986, pp. 299 et suiv. 
       

TV MM AN 10 2Ce qui ressemble à un cœur vendéen unit en fait deux Bleus de Cholet…

TV MM AN 10 3