Le Musée d’Art et d’Histoire de Cholet a inauguré hier soir une exposition axée sur le tombeau du général vendéen Bonchamps et son sculpteur, David d’Angers. Un monument de mémoire qui surpasse toutes les œuvres contemporaines, à la fois par la qualité de sa réalisation et par sa charge symbolique. 

Exposition Bonchamps 7L'exposition Bonchamps par David d'Angers, au Musée de Cholet 
   

Initiée par l’association Les Anneaux de la Mémoire, cette exposition itinérante a été présentée la première fois à Saint-Florent-le-Vieil en 2017 (1), dans le cadre prestigieux de l’abbaye, là même où avaient été enfermés les 5.000 prisonniers libérés sur ordre de Bonchamps le 18 octobre 1793. Après une étape à Saint-Sébastien-sur-Loire en 2018, nous la retrouvons cette année à Cholet, au Musée d’Art et d’Histoire. 

Une exposition enrichie de dessins de David d’Angers 

Elle offre cependant une nouveauté appréciable par rapport aux éditions précédentes : la première salle présente en effet une série de dessins préparatoires grâce auxquels on peut suivre l’évolution du travail de David d’Angers pour ce monument. En raison de leur fragilité, ces documents ne peuvent être laissés à la lumière plus de trois mois et seront par conséquent renouvelés par d’autres, également issus des collections des Musées d’Angers. 

Voilà une excellente raison de visiter cette exposition au moins deux fois – même pour ceux qui l’ont parcourue à Saint-Florent-le-Vieil en 2017 ou à Saint-Sébastien-sur-Loire en 2018 – avant sa clôture le 3 novembre 2019. Les retardataires auront encore une dernière chance de la voir en 2020, à Angers. 

Après cette première salle consacrée à l'aspect artistique du monument de Bonchamps par David d’Angers, s’ouvre un vaste espace articulé par des panneaux formant un parcours le long d’un fil chronologique, qui permet d’abord de suivre les phases des Guerres de Vendée, puis la création de monuments commémoratifs sous la Restauration. Le tombeau de Bonchamps et l’œuvre de David d’Angers occupent là un espace privilégié rappelant ce qui les unit. 

Exposition Bonchamps 5Étude de David d'Angers pour le monument de Bonchamps,
vers 1819, Musée des Beaux-Arts d'Angers

   

Bonchamps gracie 5.000 prisonniers républicains

Après le soulèvement de mars 1793 et un cycle de victoires qui l’a libérée sur un vaste territoire à cheval sur quatre départements, la « Vendée » (3) a fini par succomber aux offensives républicaines qui lui ont porté le coup fatal à Cholet, sa « capitale », le 17 octobre 1793. Son armée, grossie d’un grand nombre de civils fuyant les exactions des Bleus, bat en retraite vers la Loire et franchit le fleuve le lendemain, pour entamer sa tragique « Virée de Galerne » jusqu’à Granville. 

Que faire des 5.000 prisonniers républicains enfermés dans l’abbaye de Saint-Florent-le-Vieil ? On s’apprête à les exécuter, faute de pouvoir les emmener outre-Loire, quand une voix s’élève pour s’y opposer : Bonchamps, mortellement blessé la veille à Cholet, donne un dernier ordre avant d’expirer, celui de libérer les prisonniers parmi lesquels se trouve le père du jeune Pierre-Jean David d’Angers. 

Certains éléments de l’exposition mettent en doute ce dernier point, alors que l’artiste a bien écrit dans ses notes : « Mon père fut l’un des cinq mille prisonniers, enfermés dans l’église de Saint-Florent, qui durent la vie au sentiment de politique et d’humanité qui s’exhala des lèvres mourantes de Bonchamps » (1). C’est d’ailleurs par reconnaissance pour ce geste de grâce, que David d’Angers, dont les convictions républicaines étaient pourtant bien établies, a pu réaliser ce chef-d’œuvre de la sculpture française. 

Exposition Bonchamps 4Dessin de David d'Angers, Musée des Beaux-Arts d'Angers
   

L’exposition nous livre les clefs pour comprendre la genèse de ce monument depuis sa souscription lancée en 1818 ; l’évolution du projet soumis aux contraintes du financement et aux volontés du comité qui en avait la charge ; les déplacements du tombeau de Bonchamps ; ou encore l’hommage d’écrivains, de Stendhal à Aragon. 

Il est un peu hâtif de faire de cette sculpture un « symbole de réconciliation », comme cela a été avancé hier. Tout au long du XIXe siècle, et au moins jusqu’à l’autre Grande Guerre, celle de 14-18, la Vendée tourna le dos à la République. Et si cette dernière souhaite se réconcilier avec son passé, elle dispose, avec ce monument de Bonchamps, du plus éclatant symbole de ce que la Vendée a apporté à la France. 

L’exposition Un monument de mémoire, Bonchamps par David d’Angers est ouverte au Musée d’Art et d’Histoire de Cholet (27 avenue de l’Abreuvoir, près de l’hôtel de ville), jusqu’au 3 novembre 2019.  Tarif d’entrée du musée : 4 € / gratuit le samedi. Des conférences, des visites guidées et un colloque (les 11 et 12 juin 2019) sont proposés en marge de l’exposition. Un livre est également annoncé en juin. 

Un monument de memoire

Notes : 

  1. Revue du Souvenir Vendéen n°280 (automne 2017), pp. 40-42. 
  2. Henry Jouin, David d’Angers, sa vie, son œuvre, ses écrits et ses contemporains, Paris, Plon, 1878, p. 9. 
  3. La Vendée de 93 ou « Vendée militaire » ne coïncide pas avec le département du même nom, dont elle ne couvre que la moitié nord. En revanche elle s’étend jusqu’à la Loire, avec le Pays de Retz et le Loroux (Loire-Atlantique), les Mauges et le Choletais (Maine-et-Loire), et le Mauléonnais et le Bressuirais (Deux-Sèvres).
        

Quelques photos de l'inauguration de l'exposition Un monument de mémoire : Bonchamps par David d'Angers 

Exposition Bonchamps 16De gauche à droite : Anne Rolland-Boulestreau, maître de conférence à l'Université catholique de l'Ouest, membre du comité scientifique de l'exposition, Éric Morin, conservateur des Musées de Cholet, Yvon Chotard, président de l'association Les Anneaux de la Mémoire, et Roger Massé, adjoint en charge de la culture à la mairie de Cholet

Exposition Bonchamps 17Gilles Bourdouleix, maire de Cholet, a souligné que cette période des Guerres de Vendée reste encore profondément ancrée dans la mémoire des Choletais et des Vendéens. 

Exposition Bonchamps 2L'entrée de l'exposition

Exposition Bonchamps 6La première salle ornée de dessins préparatoires de David d'Angers pour le monument de Bonchamps

Exposition Bonchamps 8Les bustes de Zoé de Bonchamps, fille du général vendéen, 
et de son mari Arthur de Bouillé, Musée des Beaux-Arts d'Angers

Exposition Bonchamps 9L'espace consacré aux Guerres de Vendée

Exposition Bonchamps 11À la base des panneaux, des activités proposées aux enfants. Gilles Bourdouleix a d'ailleurs rappelé que cette exposition était aussi destinée aux scolaires du Choletais. 

Exposition Bonchamps 12On notera la mise en valeur de plusieurs gestes de grâce et de pardon
accordés par les Vendéens à leurs prisonniers républicains.

Exposition Bonchamps 14Parmi les objets exposés, certains proviennent du Musée d'histoire locale et des Guerres de Vendée à Saint-Florent-le-Vieil. 

Exposition Bonchamps 15Pour les enfants, une découverte ludique du Pardon de Bonchamps