Auteur de nombreuses biographies de Vendéens, principalement issus de l’armée de Charette, Vincent Doré vient de sortir son tout premier livre qu’il consacre à Rémy-Jean Dargent, jeune insurgé de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu en 1793, qui finit sa vie aux Seychelles. 

Remy-Jean Dargent 1

La famille Dargens n’apparaît guère dans les chroniques de la Grande Guerre de 93, encore moins dans les biographies de Charette. Elle s’engagea pourtant dans l’insurrection pour en connaître tous les drames. Vincent Doré a retracé pour la première fois l’histoire des Dargent père et fils dans un article fort bien documenté publié dans la Lettre de Vérité pour la Vendée n°42 (juillet 2015). 

Cette famille de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu habitait dans sa grande maison de la Musse lorsque les insurgés du pays se présentèrent le 10 mars 1793. Répondant à leur demande, le père, le docteur Louis-Marie Dargent, 53 ans, accepta de diriger le comité royaliste de la ville, tandis que le fils, Rémy-Jean, 24 ans, ralliait les troupes de Charette. 

Remy-Jean Dargent 2

Qualifié par Lucas de La Championnière comme l’un des « officiers les plus remarquables », Rémy-Jean fut rapidement promu aide de camp de son général, qu’il suivit dans ses campagnes de 1793. En septembre de cette année, à l’approche de l’armée incendiaire des Mayençais, la famille Dargent quitta son foyer comme de nombreux réfugiés du Pays de Retz, pour chercher protection auprès de l’armée de Charette. 

Après un dernier cycle de victoires à Torfou, Montaigu et Saint-Fulgent, Rémy-Jean rentra dans le Pays de Retz. Sa famille en revanche, suivit la Grande Armée dans la virée d’outre-Loire. Elle y connut bien des mésaventures, surtout Marie-Anne-Marguerite, l’une des filles du docteur Dargent, qui fut capturée et jugée à Nantes. 

Dans son premier article, Vincent Doré avait laissé dans l’ombre une péripétie de la vie tumultueuse de Rémy-Jean Dargent : ce dernier fut en effet envoyé en mission en Angleterre par Suzannet, qui le soupçonna bientôt d’avoir volé l’or de Charette. Désormais le livre nous révèle tout de cette histoire. 

Obligé de se cacher, l’ancien aide de camp s’embarqua sur un navire corsaire et fit voile vers l’Océan indien. Il s’installa aux Seychelles, y fit fortune, épousa en 1810 la belle-fille du premier magistrat de l’archipel avec laquelle il eut sept enfants. Ses nombreux descendants, qui vivent encore aujourd’hui à l’île Maurice et en Australie, peuvent s’honorer d’un tel ancêtre. Remercions Vincent Doré de mettre enfin au grand jour le destin hors du commun de ce combattant vendéen méconnu, pour le plus grand plaisir des amateurs d’histoire ! 

Vincent Doré, De la Vendée aux Seychelles : l'incroyable histoire de Rémy-Jean Dargent, le premier aide de camp de Charette, 196 pages, 20 €, en vente sur Amazon et prochainement sur le site de la FNAC