L’abbé Félix Deniau est bien connu dans les Mauges pour avoir recueilli les souvenirs des témoins de la Grande Guerre de 1793, qui ont nourri sa monumentale Histoire de la Vendée. Un autre prêtre s’est consacré au même travail de mémoire, certes plus modestement, et cette fois dans le Bocage vendéen : l’abbé Louis Augereau. 

Le Boupere 1Dans le cimetière du Boupère, la tombe de l'abbé Louis Augereau (portrait en médaillon, A.D. 85, Dictionnaire des Vendéens) a perdu sa croix.
    

Louis-Baptiste Augereau est né le 12 septembre 1816 dans une famille paysanne de Chavagnes-en-Paillers. Curé de Montournais, puis du Boupère, il collecta des récits de contemporains des Guerres de Vendée qu’il publia dans plusieurs revues savantes. C’est à ce prêtre qu’on doit l’édition en 1882 des Mémoires de Pierre Devaud, connues sous le nom de : Le livre de la gère (c’est-à-dire « guerre »).

Chacun peut heureusement en profiter grâce aux Archives de la Vendée qui ont mis en ligne sur leur site :

On trouve un autre article de l’abbé Augereau dans La Vendée historique, consultable sur Gallica :

L'abbé Augereau quitta sa cure du Boupère en 1888, après vingt-huit années passées dans sa paroisse, puis il se retira à Mortagne-sur-Sèvre où il rendit son âme à Dieu le 9 mai 1896, dans sa 80e année. Il repose depuis lors dans le cimetière du Boupère.
  


Articles connexes :

  

Le Boupere 3Page de titre des Mémoires de Pierre Devaud publiés par l'abbé Augereau,
et vue arrière de la tombe de ce prêtre

Le Boupere 2Sur la tombe on lit l'inscription : « Ses anciens paroissiens lui ont élevé ce monument ». On devine l'état délabré du soubassement.

AD Louis AUGEREAUL'acte de décès de l'abbé Augereau (A.D. 85, état civil de Mortagne-sur-Sèvre, Décès 1884-1896, vue 192/199)